«3ème droite», le feuilleton sur l'immeuble de l'horreur qui passionne Twitter

SUSPENSE Le septième épisode de cette histoire racontée en tweet par le réalisateur François Descraques est publié ce dimanche…

O. P.-V.

— 

Illustration d'un appartement à louer.
Illustration d'un appartement à louer. — M. Fourmy/SIPA

20 Minutes a déjà rapporté le succès de quelques sagas sur Twitter, comme celle du dessinateur espagnol Manuel Bartual cet été, ou encore le Madeleine Project.

>> A lire aussi : Cette histoire terrifiante de vacances sur Twitter devient la saga de l'été

Le réalisateur et scénariste François Descraques, connu notamment pour sa web-série Le visiteur du futur, a lancé la sienne début septembre sur le réseau social. Le principe, toujours le même, raconter une histoire sous forme de threads, des séries de tweets qui permettent de ménager le suspense et offrent plusieurs entrées.

« Environ 40 % du premier thread est vrai »

Ça s’appelle « 3ème droite », c’est accessible ici, et contrairement au feuilleton estival de Manuel Bartual, l’auteur ne cache pas qu’il ne s’agit que de fiction. Quoiqu’« environ 40 % du premier thread est vrai », précise-t-il.

« 3ème droite » raconte les inquiétantes aventures d’un jeune chômeur débarquant dans un nouvel appartement, au 3ème étage à droite donc. L’ambiance sordide est due au propriétaire, M. K, qui vit au premier et se comporte de manière très bizarre, tandis que le narrateur va de découverte en découverte. On n’en dit pas plus, de toute manière, le feuilleton n’est pas encore achevé. Pour donner un aperçu, le premier épisode commence par ce tweet…

Et s’achève sur celui-ci, au lendemain de la première nuit du narrateur dans son nouveau logement.

Une fois par semaine, François Descraques publie un thread, d’abord le lundi, et maintenant le dimanche (rien de fixe). Le septième épisode est diffusé ce dimanche soir. « J’ai développé l’idée pendant l’été, ça ne change pas tellement de ce que je fais d’habitude sur Twitter », explique à 20 Minutes l’auteur, spécialiste des web-séries. Si François Descraques a déjà la chute en tête, l’écriture se fait au fur et à mesure. « Mais je préviendrai quand on approchera de la fin », assure-t-il, sans pouvoir dire à quelle échéance.