Vis ma vie de Thomas Pesquet: Une balade dans l'ISS grâce à Google, ça vous tente?

ESPACE Google Street View propose un tour dans l’espace, réalisé en partie par le spationaute français lui-même…

Lucie Bras

— 

Thug life à bord de la station spatiale internationale.
Thug life à bord de la station spatiale internationale. — Pesquet/ESA/NASA/SIPA

Pour toucher du doigt la vie d’astronaute, il y a plus simple que de faire de 5 à 10 ans d’études. Depuis quelques jours, Google Street View propose une promenade dans l’ISS comme si vous y étiez.

Avoir maté Thomas Pesquet s’éclater dans la station spatiale internationale (ISS) pendant six mois vous a donné des envies d’apesanteur ? A défaut de pouvoir embarquer d’ici demain dans un Soyouz, la station est accessible en quelques clics via Google Street View. Le spationaute français, qui a parcouru l’ISS, appareil photo en main, pour prendre des panoramiques, espère ainsi contribuer à «  changer votre vision du monde » (rien que ça !).

« Ça a l’air d’être du bazar mais croyez-moi, ce n’est pas du bazar »

Grâce à cette nouvelle fonctionnalité, n’importe qui peut se balader dans les « couloirs » de l’ISS, à 400 km de la Terre, l’équivalent de la distance d’un Paris-Nantes. Départ de la Coupole, avec vue plongeante sur la Terre. C’est là que Thomas Pesquet a chillé le plus souvent, en prenant des photos de la Terre avec un appareil de la taille d’un chien ou encore tourné une partie du clip de son pote Yuksek. La balade se poursuit dans des pièces-couloirs cylindriques de deux à trois mètres de large, où il règne un désordre digne de certains bureaux de mes collègues.

N'allez pas me dire que c'est bien rangé.
N'allez pas me dire que c'est bien rangé. - Capture d'écran

« Ça a l’air d’être du bazar mais croyez-moi, ce n’est pas du bazar », assure François Spiero, expert des vols habités au CNES. « Dans l’ISS, il y a énormément d’équipements techniques, dans un espace confiné. Et comme tout fonctionne à l’énergie électrique, il y a forcément des câbles électriques partout. Mais les astronautes savent très bien où se trouvent tous les objets. »

Toilettes et basket

Capture d'écran de la promenade dans l'ISS.
Capture d'écran de la promenade dans l'ISS. - Capture d'écran

Sur le parcours, de points gris permettent d’avoir plus d’informations ou de découvrir des anecdotes, comme les toilettes, LE plus grand mystère de l’ISS.

Les toilettes de l'ISS en un mot : cosy.
Les toilettes de l'ISS en un mot : cosy. - Capture d'écran

Ou encore la cuisine, l’espace préféré des astronautes : « Les astronautes l’affectionnent par-dessus tout. Entre la nuit et leurs journées de travail, c’est le seul vrai moment où ils sont tous ensemble », raconte François Spiero. Les 15 modules de la station ont été immortalisés en l’état, ce qui donne lieu à des découvertes plutôt insolites. Des internautes, aka-les-fans-de-Thomas-Pesquet, ont même repéré certains équipements particuliers, comme une balle de basket ou le stock des appareils photo. Petit jeu : saurez-vous retrouver la peluche rouge et verte, les chaussures de sport de Thomas Pesquet et ses collègues, le ballon de rugby, les réserves de sauce dans la cuisine et la mappemonde ? Bon courage.

A l’heure où la terre entière est (presque) entièrement « googlisée », ça ne paraît pas grand-chose. Mais en vérité, ces photos prises dans l’espace ont été un véritable casse-tête pour les scientifiques et experts à l’origine de ce projet. L’une des règles de base de la photographie, c’est un appareil stable, pour que la photo soit nette. Or, il est impossible de poser quoi que ce soit dans en impesanteur dans l’espace. C’est grâce à un système de fils, expliqué en détail dans cette vidéo, que Thomas Pesquet a finalement réussi à faire des photos nettes. Et que l’on peut aujourd’hui se faire un petit tour dans l’espace pour le prix d’une connexion internet.