Nolim: La liseuse des magasins Carrefour fera-t-elle un best-seller?

LISEUSE Dans un marché pourtant atone, Carrefour lance sa liseuse numérique sous sa marque Nolim. Le livre numérique n’a peut-être pas écrit son dernier mot…

Christophe Séfrin
La liseuse Nolim possède un écran de 6 pouces et une autonomie de 3 semaines.
La liseuse Nolim possède un écran de 6 pouces et une autonomie de 3 semaines. — CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Malgré un marché en état embryonnaire en France (4,3 % des foyers équipés, selon le Gfk), les liseuses numériques n’ont pas encore tourné leur dernière page. Depuis quelques jours, c’est ​Nolim, la marque de produits culturels des 600 magasins Carrefour, qui lance sa liseuse de poche.

En coulisses, c’est le spécialiste Bookeen (qui commercialise ses livres numériques Cybook) qui tient la plume et fabrique ce livre de poche 2.0 vendu 129 euros, que nous avons dévoré dans les transports…

Une couverture qui fait la différence

La bonne d’idée de la liseuse Nolim vient de sa couverture intégrée en silicone (au choix : vert d’eau, bordeaux, orange, gris anthracite et gris clair). Aimantée, elle protège ainsi l’écran de l’appareil, l’allume dès qu’on l’ouvre et on peut la rabattre à l’arrière du livre. Le lecteur retrouve ainsi des sensations proches de celles offertes par un ouvrage broché. Et cette couverture est agréable au toucher.

La liseuse Nolim est disponible en différents coloris dont vert d'eau.
La liseuse Nolim est disponible en différents coloris dont vert d'eau. - NOLIM

 

Regret cependant : le pouce tenant la liseuse accède plus simplement à la touche retour à la page précédente, qu’à la touche dédiée au passage à la page suivante, ce qui manque cruellement de logique… Ceci étant, on peut aussi tourner les pages en balayant l’écran du bout de l’index, mais l’épaisseur du bord de la couverture peut gêner.

Un livre numérique ambidextre

Autre atout : le gyroscope intégré. Que l’on soit droitier ou gaucher, il est possible de retourner la liseuse dans n’importe quel sens et ainsi accéder à ses différentes touches situées sur les côtés de la couverture, dont une dédiée à la luminosité de l’écran. C’est malin. Rétroéclairable (pratique pour lire la nuit sans incommoder un voisin de chambrée !), l’écran de 6’’/15,24 cm fait partie des plus petits dans la place.

La touche Retour arrière plus accessible que la touche Passage à la page suivante. Dommage...
La touche Retour arrière plus accessible que la touche Passage à la page suivante. Dommage... - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

Il correspond néanmoins à la taille standard et « premier prix » de ce type d’appareil. Les liseuses plus grandes disposent, elles, d’un écran de 6,8’’/17,27 cm, voire de 8''/20,32 cm. Ici, la définition de 1024 x 758 (213 ppp), est confortable. Elle reste cependant inférieure à celle de la Kindle Paperwhite (300 ppp), liseuse rivale de la Nolim et vendue au même prix. Sa mémoire interne possède une belle capacité de 8 Go (le double de la Kindle), même s’il n’y a pas d’extension possible par carte SD.

Quand vient le mot « Fin », le bilan de la liseuse Nolim est positif. Soignant son design, ne nécessitant pas l’achat d’une couverture de protection qui reste généralement optionnelle chez les fabricants concurrents (20 euros, environ), elle offre un rapport qualité/prix séduisant qui pourrait toucher une clientèle nouvelle.

Et les 260.000 ouvrages du Nolim Store à télécharger en Wifi devraient, de leur côté, permettre à ses acheteurs de bouquiner tout l’été.

Un marché qui ne décolle pas

Malgré les efforts des fabricants, au premier rang desquels Amazon et ses livres numériques Kindle, les e-books parviennent difficilement à captiver les lecteurs français et semblent ne trouver de véritable écho qu’auprès des grands voyageurs. Leur commodité d’emploi, leur légèreté et leur faible encombrement plaide plutôt pour un usage en avion, en train ou dans les transports en commun, que sur un transat au bord d’une piscine. Pourtant l’offre est importante: outre Amazon, les fabricants Kobo, Bookeen, Muse et PocketBook continuent à tourner assidument les pages des e-books. Selon le Gfk, il s'en est vendu 300.000 dans l'Hexagone en 2016, un chiffre qui devrait reste identique cette année.