Présidentielle: Tweets, pétitions, sondages... Les partisans d'une alliance Hamon-Mélenchon investissent le Web

PRESIDENTIELLE Malgré leur activisme sur les réseaux sociaux, l'éventualité d'un ticket Hamon-Mélenchon est loin d’être gagné…

D.B.

— 

Les hommes politiques Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon lors d'une manifestation à Paris le 21 janvier 2010
Les hommes politiques Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon lors d'une manifestation à Paris le 21 janvier 2010 — CHAMUSSY/SIPA

Mais comment rapprocher ces deux-là ? Des internautes de gauche réclament à cor et à cri l’alliance de Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon  en vue d’une candidature commune à la présidentielle. Une hypothèse d’autant plus utopiste que le candidat de la France insoumise en meeting au Havre mercredi, a rejeté l’appel de Benoît Hamon à se ranger derrière lui.

Mais qu’à cela ne tienne, des sympathisants de gauche utilisent les réseaux sociaux pour appeler les deux hommes à la raison en arguant que l’union fait la force. Et rien ne vaut une image pour faire passer un message direct.

Certains citoyens n’hésitent pas à se mettre en scène sur les réseaux sociaux pour réclamer l’alliance des deux candidats.

La lettre virale de Philippe Torreton

Le comédien Philippe Torreton ne dit pas autre chose, mais a utilisé le Web de manière différente. Il a publié ce mardi une lettre sur le site de l’Obs  à l’attention des deux candidats fustigeant leur refus de s’unir. « Toute cette énergie pour vous disputer la quatrième ou cinquième place au soir du premier tour. Toute cette verve pour ne préparer finalement qu’un seul discours, celui de la défaite avec les consignes de vote pour le tour suivant qui se passera sans vous. Je vous suis de loin maintenant, car sans union vous ne m’intéressez pas », écrit le comédien. Une missive abondamment relayée sur Twitter et Facebook.

Certains Twittos ont même lancé des sondages pour déterminer lequel des deux candidats devaient renoncer au profit de l’autre.

D’autres les invitent à tirer à la courte paille pour déterminer celui qui se présentera aux électeurs.

L’idée avait déjà émergé à la manifestation samedi place de la République à Paris, pour appeler à une candidature commune entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Une cagnotte pour financer un sondage

Autre initiative originale : ce mercredi, le collectif pour l’alliance #HamonMélenchon a lancé  une cagnotte  afin de financer l’achat d’un sondage Ifop avec l’objectif de démontrer l’intérêt d’une candidature unique dès le premier tour de la présidentielle.

Mais pour les supporters de la France insoumise, c’est à Benoît Hamon de faire le premier pas, au vu des derniers sondages.

Sur change.org, une pétition a même été ouverte en ce sens, récoltant plus de 25.000 signatures en deux mois.

Et pour tenter de démontrer que leur candidat est le meilleur, les partisans de la France insoumise, utilisent la force des images. Mais pas sûre que ce soit le moyen le plus diplomatique de rallier les sympathisants PS à leur cause !