Avec ses «bots», Facebook s'immisce encore un peu plus dans votre vie quotidienne

NUMÉRIQUE Plus besoin de vous déplacer, le réseau social vous propose des services via votre téléphone…

Lucie Bras

— 

L'application Messenger compte plus de 11.000 bots.
L'application Messenger compte plus de 11.000 bots. — LODI FRANCK/SIPA

Sur Facebook, vous parlez à des amis, vous suivez l’actualité… Et depuis ce matin, vous pouvez aussi envoyer de l’argent. C’est la nouvelle fonctionnalité d’un chatbot sur Messenger géré par Transferwise. Ce nouveau terme désigne ces robots programmés pour dialoguer avec nous. En service depuis ce matin, il permet d’envoyer de l’argent à l’étranger depuis un téléphone.

C’est un concurrent de taille pour le géant du secteur Western Union : plus besoin de vous déplacer dans une boutique, vous pouvez directement envoyer votre pactole depuis un train ou entre deux rendez-vous, à la seule condition d’être connecté.

>> A lire aussi : C'est quoi «20bot», le bot messenger de la rédaction de «20 Minutes»?

Parler météo avec Christian Grey

Cette innovation vient de la volonté de Facebook de conquérir de nouveaux marchés grâce à ses bots. « Ils se sont rendu compte que ça faisait partie de ces flux qu’ils ne captaient pas », explique Jean-Michel Pailhon, conseiller financier auprès de sociétés financières et technologiques. « Cela permet aux gens de ne plus sortir de l’environnement Facebook », analyse-t-il.

Facebook n’en finit plus de redessiner les contours de futur. Avec ses 11.000 bots, l’entreprise qui voyait ses nouvelles inscriptions stagner, compte bien devenir un acteur incontournable de vos gestes du quotidien.

L’explosion des bots est encouragée par Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social. Nous avons fait la liste de quelques bots qui pourraient devenir (presque) incontournables : le bot qui vous permet de penser à se brosser les dents (Digital Toothbrush Reminder), trouver un travail (GoBe - The Job Bot), discuter avec le sulfureux Christian Grey (Christian Grey) ou encore recevoir votre horoscope chaque jour (Stargazer).

« Aujourd’hui, dans toutes les grandes entreprises, on constate l’arrivée des chatbots pour faciliter la relation clients, explique Gérôme Billois, expert en cybersécurité chez Wavestone. Le nouveau risque, c’est le piratage du bot qui peut entraîner des problèmes de confidentialité. S’il est attaqué par quelqu’un de malveillant, il peut récupérer les données ou demander des informations qui vont au-delà de la légalité. »

Avec le lancement du chatbot Transferwise, Facebook cible les 9 milliards d’euros de transferts annuels depuis la France, d’après la Banque de France. Un chiffre en constante augmentation.