Pourquoi la police est démunie face à la diffusion massive d'une vidéo du suicide d'une ado

ETATS-UNIS Une jeune fille de 12 ans a filmé son suicide via l’application Live.me le 30 décembre dernier…

H.S. avec AFP

— 

Capture d'écran d'une page Facebook créée en hommage à l'adolescente américaine décédée.
Capture d'écran d'une page Facebook créée en hommage à l'adolescente américaine décédée. — DR

La vidéo diffusée le 30 décembre dernier sur l’application Live.me par Katelyn Nicole Davis, une adolescente américaine de 12 ans, dure 42 minutes et 52 secondes. Depuis la publication de ces images sur lesquelles la jeune fille se filme dans un jardin en train d’attacher une corde à un arbre, puis dire adieu à ses amis et à sa famille, la police de Cedartown en Géorgie, dans le sud-est des Etats-Unis, a reconnu être dépassée par la propagation sur Internet de la vidéo.

>> A lire aussi : Comment est réalisée la modération des lives vidéo

« Je regrette de n’être pas assez jolie. Je suis désolée pour tout, vraiment désolée, mais je ne peux pas », dit la jeune fille avant de passer la corde autour de son cou et de mettre fin à ses jours, devant la caméra.

Le chef de la police du Comté de Polk, Kenny Dodd, a déclaré à la chaîne locale Fox 5 avoir reçu une avalanche de messages, de partout dans le monde, lui demandant de supprimer la vidéo, sans pouvoir arrêter sa diffusion virale. « Nous voulons la supprimer pour la famille et aussi parce que cela peut constituer un danger pour les autres enfants », a dit M. Dodd dans cette interview mercredi.

« Nous avons contacté plusieurs sites. Ils ont demandé s’ils sont dans l’obligation de supprimer [cette vidéo] et rien dans la loi ne peut les y forcer. Mais pour moi, c’est une question de simple décence ». Selon, le journal local Rome News Tribune, Katelyn Nicole Davis avait publié le 27 décembre une autre vidéo dans laquelle elle disait avoir subi des abus sexuels d’un membre de sa famille. Cette vidéo a été depuis supprimée.

Des pages Facebook en hommage

Sur Facebook, plusieurs pages en hommage à l’adolescente ont également été créées. L’une d’elle, intitulée « Justice pour Katelyn Nicole Davis », diffuse régulièrement depuis le 30 décembre, des images et des séquences de la jeune fille, issues de ses différents comptes YouTube ou Instagram, désactivés depuis par les sites en question. Un comportement fustigé par la police locale via Facebook : « Nous demandons spécifiquement à toutes celles et ceux qui disposent d’informations, de vidéos ou de commentaires liés à l’affaire de ne pas les diffuser sur Internet. »

En vain. La circulation de la vidéo sur Internet a explosé en quelques jours, reprises par de nombreux internautes qui n’hésitent pas à la republier en vantant son caractère « gore ».Contactée par le site américain Buzzfeed, la plateforme Live.me a déclaré : « Nous avons été profondément attristé d’apprendre la mort d’un membre de notre communauté, Katelyn Nicole Davis, le 30 décembre dernier […]. Certains utilisateurs ont diffusé cette séquence tragique avant que nos équipes aient eu le temps d’intervenir. Nous travaillons depuis activement pour identifier la vidéo et la retirer de Facebook et d’autres sites. »