Google glass: Un processeur Intel pour relancer les lunettes connectées

Innovation Google arrête sa collaboration avec Texas Instruments et s'engage avec Intel pour les prochaines Google Glass...

20 Minutes avec agence

— 

Sergey Brin, le co-fondateur de Google, en septembre 2012 avec les Google Glass.
Sergey Brin, le co-fondateur de Google, en septembre 2012 avec les Google Glass. — Eric Risberg/AP/SIPA

Les Google Glass n'ont pas dit leur dernier mot. Malgré l'échec annoncé de ses lunettes connectées, Google s'accroche à son projet en changeant de microprocesseur et en repositionnant son produit sur le marché. Exit donc la technologie Texas Instruments, place à la puce Intel. Exit aussi la commercialisation grand public, et place au marché professionnel.

Google offre ainsi une jolie possibilité à Intel de réussir – enfin – son implantation dans les projets connectés et mobile, alors que la firme de Santa Clara n'a pas encore réussi à rattraper son retard dans ce secteur. 

De nouvelles cibles

D'après le Wall Street Journal, l'objectif des deux sociétés serait de promouvoir les fameuses lunettes auprès des professionnels dont les employés ont besoin de recevoir des informations tout en continuant à utiliser leurs mains.

Les métiers de la santé, ceux du bâtiment ou encore les manufacturiers seraient, ainsi, les nouvelles cibles privilégiées des Google Glass. En France, un premier exemple de cette professionnalisation du marché s'observe avec l'usage des lunettes connectées Google par les contrôleurs SNCF.