Automobile : Les Français se tournent vers les voitures d’occasion depuis le déconfinement

BONNES AFFAIRES Le succès du marché de l’occasion depuis le déconfinement s’explique notamment par certaines bonnes affaires à réaliser du côté des concessionnaires

20 Minutes avec Agence

— 

Le marché automobile de l'occasion connaît une forte demande depuis la fin du confinement.
Le marché automobile de l'occasion connaît une forte demande depuis la fin du confinement. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

Depuis la mise en place du déconfinement progressif le 11 mai dernier, les acteurs du marché de l' automobile d’occasion connaissent une forte demande. Les chiffres n’ont pas encore été officiellement dévoilés mais la tendance semble être favorable aux véhicules d’occasion, que ce soit chez les concessionnaires ou entre particuliers, rapporte BFMTV.

A partir de la fin du confinement, « nous avons enregistré une forte hausse du trafic sur nos sites. Sur la dernière semaine de mai, le marché est revenu à la normale » confie Vincent Hancart, directeur général de la plateforme AutoScout24 France. Celui-ci prédit que le mois de juin pourrait être meilleur au niveau des ventes, comparé à l’année dernière. « On a eu un redémarrage au-delà de nos espérances », ajoute de son côté David Rairolle, directeur de l’activité de VPN Autos, dans les colonnes des Echos, cité par la chaîne d’informations en continu.

Écouler les « occasions zéro kilomètre »

Ce succès s’explique notamment par la prime à la conversion, mais pas seulement. En fin d’année 2019, les concessionnaires ont immatriculé de nombreux véhicules avant un changement de normes. Ils doivent donc maintenant écouler les stocks de ces « occasions zéro kilomètre » et les consommateurs peuvent faire de bonnes affaires. Sur le mois de mai, les ventes de ces véhicules ont augmenté de 14 %.

Dans le même temps, certains privilégient des occasions de vieux véhicules. Les ventes de voitures de plus de 16 ans ont bondi de 16 % ces derniers temps. « Pour des clients qui ont une certaine crainte de la crise économique, peur de perdre leur emploi, c’est une option pour changer de voiture mais faire attention à son budget », explique Vincent Hancart.