Londres: Uber va imposer des frais supplémentaires aux clients qui ne choisiront pas de véhicule électrique

POLLUTION L’objectif de Uber est de n’avoir que des véhicules électriques disponibles sur son application à l’horizon 2025 à Londres…

20 Minutes avec agence
— 
A Londres, Uber encourage ses clients à choisir des véhicules électriques ou hybrides. (Illustration)
A Londres, Uber encourage ses clients à choisir des véhicules électriques ou hybrides. (Illustration) — Seth Wenig/AP/SIPA

A partir de ce mercredi 16 janvier à Londres (Royaume-Uni), Uber a décidé d’appliquer des frais supplémentaires aux personnes qui choisissent des véhicules diesel et essence plutôt que des véhicules hybrides ou électriques.

L’entreprise affiche sa volonté de n’avoir que cette seconde catégorie de voitures à proposer sur son application d’ici à 2025 dans la capitale britannique, rapporte Numerama.

15 centimes de pounds par mile

Baptisée Clean Air Free, cette mesure verra donc appliquer des frais de 15 centimes de pounds (17 centimes d’euros) par mile (1,6 kilomètre) parcouru en Uber non électrique ou hybride.

Toutefois, il ne s’agit que des miles effectués lors du trajet et non pas ceux que le chauffeur aura fait pour venir chercher le client. Toutes les courses réservées depuis l’application de transport à Londres seront concernées.

Des frais reversés à certains chauffeurs

Uber a assuré que ces frais supplémentaires seront par la suite reversés à des chauffeurs pour aider certains à se payer un véhicule hybride ou électrique, voire à d’autres pour leur permettre de réduire les coûts d’entretien de leur voiture. Le montant reversé dépendra du nombre d’heures travaillées : un chauffeur qui travaille 40 heures par semaine pourra espérer acquérir 3.300 euros en l’espace de deux ans, 5.000 en trois ans, explique The Verge.

A noter que Uber promeut aussi les véhicules électriques dans d’autres villes, notamment aux Etats-Unis. Mais Londres est la seule dans laquelle des frais supplémentaires vont s’appliquer. Comme le souligne Numerama, cette décision est peut-être destinée à arranger les relations de la société avec les autorités locales, qui ne sont pas vraiment complaisantes avec l’entreprise.