US Open: Nadal redevient le boss à New York

TENNIS L'Espagnol s'est offert le 16e titre en Grand Chelem de sa carrière...

20 Minutes avec AFP

— 

Rafael Nadal après sa victoire en finale de l'US Open, le 10 septembre 2017.

Rafael Nadal après sa victoire en finale de l'US Open, le 10 septembre 2017. — Julio Cortez/AP/SIPA

Sa dernière victoire à New York remontait à 2013. Rafael Nadal a remporté l’US Open pour la troisième fois de sa carrière en battant dimanche dans une finale à sens unique l’Africain Kevin Anderson 6-3, 6-3, 6-4.

Si l’US Open 2017 n’a pas ménagé les cadors, dont Roger Federer, tombé en quarts de finale, ou même les principaux outsiders, la logique a été en revanche scrupuleusement respectée en finale.

Le N.1 mondial, grandissime favori, qui disputait sa 23e finale en Grand Chelem, a dominé l’invité surprise, 32e au classement ATP, qui n’avait jamais dépassé jusque-là les quarts de finale d’un tournoi majeur. A 31 ans, Nadal s’est offert avec autorité son 16e titre en Grand Chelem, le deuxième de l’année après Roland Garros en juin - pour la dixième fois ! - et son troisième à New York, après 2010 et 2013, son deuxième de l’année après Roland Garros. Il affiche désormais à son impressionnant palmarès un total de 74 titres.

>> A lire aussi : Transpiration des seins, voitures d'occasions et gros chèque, la drôle de conférence de presse de Stephens après sa victoire

Sans Toni, « je n’en serais pas là »

Mieux encore, alors que son dernier titre sur ciment remontait à janvier 2014 (Doha), « Rafa » a montré que, comme à ses plus belles années, rien ne lui résistait et que sa piètre saison 2016, perturbée par une blessure à un coude, n’était plus qu’un lointain souvenir.

« Depuis le début de la saison, j’ai joué à un très bon niveau plutôt élevé, finir l’année en Grand Chelem avec un succès est vraiment incroyable », a souligné Nadal qui a empoché un chèque de 3,7 millions de dollars (3,07 M EUR) portant son total de gain à 90 millions de dollars.

Cette victoire avait été une saveur particulière pour Nadal, puisque son oncle Toni, son entraîneur de toujours, ne le suivra plus au quotidien sur le circuit ATP à partir de la saison prochaine, et il l’a remercié chaleureusement : « Sans lui, je n’en serais pas là », a-t-il assuré.

En l’absence de Novak Djokovic et d’Andy Murray, forfaits sur blessure, et après l’élimination de Federer, Nadal a confirmé l’écrasante supériorité du « Big Four » qui domine le tennis masculin : à eux quatre, ils ont remporté 46 des 51 derniers tournois du Grand Chelem.