Mamadou Doucouré, l'ami de Serge Aurier qui a relayé les questions sur Periscope.
Mamadou Doucouré, l'ami de Serge Aurier qui a relayé les questions sur Periscope. - Capture d'écran

Entre deux bouffées de chicha, il relaie les questions des internautes. Pas toutes, il les prend comme elles viennent. Un peu trop, peut-être. Mamadou Doucouré est l’homme au premier plan sur la désormais fameuse vidéo dans laquelle Serge Aurier insulte Laurent Blanc et certains de ses coéquipiers. C’est un bon ami du Parisien, qu’il a côtoyé notamment à Lens. Aurier était en équipe première, lui au centre de formation.

>> A lire aussi : Comment le scandale est parti du site jeuxvideos.com

Doucouré, 22 ans, n’a pas réussi à percer malgré des sélections dans toutes les équipes de France de jeune. En 2011, il a quitté Lens pour l’Atletico Madrid. Il y est resté deux ans et demi, et même s'il a «beaucoup appris avec Falcao» il n'a jamais joué plus haut qu’avec l’équipe C. Les dernières nouvelles sportives le concernant datent du mois de juillet, avec cette brève sur le site de L’Equipe disant qu’il intéresse Nottingham Forest et le NAC Breda.

Ça ne se fera pas. Doucouré est maintenant sans club depuis un an. Au début du live Periscope, un internaute lui demande d’ailleurs s’il joue encore. « Je joue. J’ai repris avec le Red Star, je suis en train de me refaire une petite forme physique pour reprendre la compétition bientôt », affirme-t-il (à 4’50).

Ce n’est pas tout à fait exact. Contacté ce dimanche, le Red Star indique qu’il est bien venu s’entraîner avec la réserve une ou deux fois il y a quelque temps, mais guère plus. Il n’a pas signé de licence et ne vient plus depuis longtemps.

Quoi qu’il en soit, Mamadou Doucouré est tout de même un bon connaisseur du foot professionnel. Si Serge Aurier ne se rendait pas compte des conséquences que pouvaient avoir ses propos - la version qu’il pourrait donner dimanche soir dans un communiqué d’excuses -, lui aurait peut-être pu y penser aussi. Ou choisir de ne pas relayer les questions qu étaient déjà, à la base, insultantes.

Mots-clés :