Rater une Coupe du monde à cause d’une descente en ski en chasse-neige, ça fout les boules… Mais pour consoler Sylvain Marconnet, qui doit attendre jusqu'au 31 août pour connaître son sort, il doit savoir qu’il y a bien pire que lui dans le genre ridicule. La rédaction de 20minutes.fr a sélectionné son Top 10, forcément subjectif.

10. Les sous-doués font de la bricole, par Grégory Coupet

Avant de se blesser sérieusement au genou, le gardien de Lyon et de l'équipe de France a connu un forfait des plus stupides, sanction d'un pêché véniel par excellence. Alors qu'il construisait une étagère pour pouvoir exposer ses trophées, Coupet se laisse tomber une planche sur la main et doit se faire poser sept points de sutures, ratant l'édition 2006 du derby face à Saint-Etienne.

9. Le sac trop lourd, par Venus Williams

A priori, Ana Kournikova n'avait aucune chance de battre l'aînée des sœurs Williams, lors du tournoi de Rome en 2002. C'était sans compter sur le point faible de Venus: son incapacité à porter un sac de raquettes avant de rentrer sur le court. Mauvaise prise? Sac trop lourd? L'Américaine se blesse au poignet et ne dépasse pas les vestiaires romains, offrant à la Russe sa seule victoire de prestige.

8. Le coup de la porte vitrée, par Jim Bilba

L’histoire se passe en 1997, le grand Jim «Trampoline» Bilba évolue sous les couleurs de Villeurbanne avec qui il vient de réaliser l’exploit d’une qualification pour le dernier carré de la coupe d’Europe de basket, sur le parquet de l’Efes Pilsen. Fuyant les projectiles du public stambouliote en furie, Bilba cavale et ne voit pas la porte vitrée qui s’effondre sur lui. Bilan: une rupture des ligaments du pouce qui le prive de Final Four.

7. La partie de scrabble qui tourne mal, par Lionel Letizi

La scène du drame est assez surréaliste: imaginez Lionel Letizi, Laurent Leroy et Jérôme Alonzo jouant au scrabble, lors d'une mise au vert du PSG, en 2002. Soudain, une pièce tombe. N'écoutant que son courage, l'actuel gardien niçois la ramasse... et se ramasse. Le prix du courage, une lombalgie aigüe et deux matchs de repos.

6. La bouteille d’eau qui traîne, par Cristiano Ronaldo

La starlette aux dribbles de feu n’aime pas être remplacée. Lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions contre Lille, Ronaldo est sorti par son entraîneur dès la 60e minute. Mécontent, alors qu’il passe devant le banc des remplaçants, il envoie un coup de latte dans une bouteille qui traîne. Las, la fiole était pleine et le prodige portugais finit le match avec un hématome et une poche de glace sur le cou de pied.

5. Le badge qui nique l’œil, par Steve Marlet

Voilà quand même une blessure splendide, qui privera l’attaquant français d’Euro 2000: sur le bord du terrain, Steve Marlet joue avec le cordon de son accréditation. Problème, le cordon est aussi revêche qu’élastique et le coin du carton vient percuter son œil et déchirer sa cornée. Bon, en même temps, Marlet n’aurait quand même pas joué…

4. Le parfum qui t'explose le pied, par Santiago Canizares


Au faîte de sa gloire, le gardien de Valence est l'indiscutable taulier de la sélection espagnole. Elégant comme un hidalgo (comme en atteste sa coupe de cheveux...), «Santi» ne se déplace jamais sans son parfum. En stage de préparation avec la Seleccion, peu avant la Coupe du monde 2002, il laisse tomber le flacon qu'il venait de saisir au sortir de la douche. Celui-ci se brise aux pieds du portier, qui se coupe le tendon et déclare forfait pour le mondial, rejoignant la longue liste des gardiens espagnols maudits. Il ne retrouvera évidemment jamais son niveau.

3. Le barbecue qui brûle, par Yannick Noah

Quoi de mieux qu’un bon bidon d’essence pour faire partir un feu et faire cuire des grillades... Pour Yannick, rien. Du coup, le tennisman est immobilisé pendant quatre semaines, alors qu’il sortait d’un quart de finale à l’US Open 1989 qui le remettait en scène. A quoi ça tient une fin de carrière…

2. La douche trop chaude, par Jérôme Fernandez

On t’avait dit Jérôme, le chaud, c’est à gauche. Faute de l’avoir retenu, le talentueux handballeur se brûle au troisième degré en prenant sa douche. Résultat, pas d’Euro et un long moment de solitude pour convaincre ses coéquipiers que non, ce n’est pas une blague et que oui, il sait que le chaud c’est à gauche…

1. Le rien branlage devant la télé, par Rio Ferdinand

Il est grand Rio. Du coup, quand il mate la télé, le défenseur anglais de Manchester United étend bien ses jambes sur sa table basse. Et comme il aime la télé, il reste des heures devant. Et là, c’est le drame. Au moment de se relever, cette feignasse de footballeur se choppe un étirement de la cheville et est privé de match du samedi. Superstiteux, il a préféré aller voir ses coéquipiers au stade que les suivre devant l’écran.

Ce Top 10 aurait pu être un Top 30, tant le sportif aime à se blesser bêtement. On trouve aussi plein de blessures débiles de sportifs, ici, ici ou , ou encore ici

A vous de compléter ou de modifier ce panthéon de la lose ci-dessous

Mots-clés :

Aucun mot-clé.