VIDEO. Numii, le premier objet connecté qui mesure la pénibilité au travail

TECHNOLOGIES L'entreprise AIO de Pessac (Gironde) a mis au point ce petit robot qui sera présenté au prochain CES de Las Vegas, en janvier...

Mickaël Bosredon

— 

Numii est un objet connecté capable de mesurer les efforts et les gestes d'une personne qui travaille.

Numii est un objet connecté capable de mesurer les efforts et les gestes d'une personne qui travaille. — AIO

  • Numii est un objet connecté capable de mesurer les efforts et gestes d'une personne qui travaille.
  • Il permettra de mettre en place un suivi individuel de la santé de chaque salarié, et d'identifier les zones à risque dans l'entreprise.
  • Les données collectées permettront d'enrichir la connaissance médicale sur les troubles musculosquelettiques.

L’innovation sera présentée au prochain Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, qui se tient du 9 au 12 janvier 2018. L'entreprise AIO de Pessac, près de Bordeaux, a mis au point un nouvel objet connecté, Numii, capable de mesurer les efforts et gestes d’une personne qui travaille ainsi que l’environnement dans lequel elle évolue (bruit et température).

« Il prend la forme d’un petit robot, posé à côté de la personne qui travaille, sans aucune intrusion », explique à 20 Minutes Cyril Dané, président d’AIO. En comparant deux personnes qui effectuent la même tâche, mais pas les mêmes gestes, il est capable d’apporter une correction sur les meilleures positions à adopter.

>> A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine: Une quarantaine de start-up régionales iront au CES de Las Vegas

« En un clic vous allez pouvoir mesurer l’ensemble des efforts et gestes de la personne, connaître et visualiser instantanément les postures d’inconfort sur une tablette », poursuit Cyril Dané. Il permettra également pour l’entreprise de mettre en place un suivi individuel de la santé de chaque salarié, et enfin, de l’aider à identifier les zones à risques et de les aménager. « Notre objectif est d’encourager toutes les entreprises ou collectivités à travailler à une meilleure santé au travail. »

L’objectif : créer l’unique base de données sur le travail humain

Surtout, ce nouvel objet révolutionnaire sera un formidable collecteur de données, anonymes, pour créer l’unique base de données sur le travail humain qui sera mise à disposition de la recherche médicale, en collaboration avec l'Inria Bordeaux.

« Elles permettront à terme d’enrichir la connaissance médicale sur l’origine des TMS (Troubles musculosquelettiques) et des maladies professionnelles, et permettra de mieux les prévenir. » AIO ambitionne de réaliser un million de mesures en 2018.

>> A lire aussi : Bordeaux: Avec Nomadeec, la start up Exelus dessine le futur de la télémédecine

Premier client industriel en février 2018

Numii a déjà été testée au sein d’une grande entreprise aéronautique, et sera donc officiellement lancée au CES de Las Vegas. Cette innovation intéressera surtout les industries du secteur de l’aéronautique, de l’automobile et du BTP. « Bref, les secteurs où la pénibilité est la plus forte », résume Cyril Dané. AIO doit livrer son premier client industriel en février 2018 pour équiper ses sites industriels, et est en discussion avec trois constructeurs automobiles.

Sur le modèle économique, Numii « sera mis à la disposition de l’entreprise, qui paiera un forfait en fonction du nombre de captations réalisées par le robot chaque mois », à hauteur de 25 à 30 euros par capture.