Disney collecte-t-il des données sur ses joueurs mineurs?

JUSTICE Une action de groupe vient d'être lancée en Californie...

N.R.

— 

Le logo de Disney au New-York Stock Exchange (NYSE), le 7 août 2017.

Le logo de Disney au New-York Stock Exchange (NYSE), le 7 août 2017. — Richard Drew/AP/SIPA

« Mais où est Swanpy ? 2 », « Disney Princess Palace Pets »… Ces applications conçues pour les enfants ont été produites avec la licence Disney. Pourtant, loin d’être un conte de fées, ces jeux seraient en fait de vrais aspirateurs à données, selon une plainte déposée début août par plusieurs parents en Californie.

>> Lire aussi : Donner un smartphone à un enfant serait comme lui donner un gramme de cocaïne selon une experte

D’après le Washington Post, « les plaignants affirment que Disney et ses partenaires violent la loi fédérale de protection des données en ligne des mineurs [ dite COPPA] » car ils collecteraient des renseignements sur les jeunes joueurs dans un but commercial, sans demander d’autorisation parentale.

Facebook pénalisé

Pour le géant américain, ces poursuites n’ont pas lieu d’être. « La plainte repose sur une mauvaise compréhension de la loi COPPA (…) Disney respecte strictement les règles édictées » affirme l’entreprise dans sa réponse au journal américain. Ce dernier rappelle qu’en 2011, Playdom, une filiale de Disney, avait dû verser 3 millions d’euros d’amende après avoir enregistré de nombreux joueurs mineurs, notamment leurs nom, adresse, et données de localisations.

En France, Facebook a récemment écopé d’une amende de 150.000 euros (le maximum) pour des manquements à la loi informatique et libertés. La Cnil reprochait notamment au groupe américain de recueillir, sans le consentement avisé des internautes, des données concernant leurs opinions politiques ou religieuses, ou encore leur orientation sexuelle.