Adolescence et tweets fout-la-honte: Comment ne pas être rattrapé par ses écrits

TWITTER Oulaya Amamra, récompensée vendredi aux César, s’est fait épingler sur la toile à cause de tweets injurieux qu'elle a écrit lorsqu'elle avait 14 ans...

M.F

— 

Les vieux tweets de Oulaya Amamra épinglés sur la toile

Les vieux tweets de Oulaya Amamra épinglés sur la toile — Capture Twitter

Homophobe et raciste. C’est ainsi qu’est désignée sur Twitter Oulaya Amamra, primée aux César. Celle qui était célébrée vendredi 24 février pour son prix de meilleur espoir féminin est désormais la cible de toutes les attaques pour des posts écrits en 2012, alors qu’elle n’avait que 14 ans. À tel point que la jeune comédienne a décidé de désactiver son compte.

Comme nous l’expliquions il y a quelques jours, d'anciens tweets peuvent toujours finir par ressortir un jour ou l’autre, surtout lorsque l'on devient célèbre. Les adolescents, plus que tout autre groupe, sont particulièrement enclins à tweeter des choses qu'ils pourraient bien regretter quelques années plus tard. Voici les conseils de 20 Minutes pour éviter ça.

>>À lire aussi: Trolls de Twitter, vos dossiers seront un jour ou l’autre déterrés

À l’heure d’Internet, une réputation se fait et se défait en quelques tweets. « Il faut avoir conscience de l’aspect définitif d’Internet, explique à 20 Minutes la psychiatre Christine Barois. C’est important de prendre le temps quand on écrit de se dire : "Est-ce que j’aimerais que dans 5 ou 10 ans, mon futur employeur voit ça et est-ce qu’il voudra m’embaucher après ça ?" »

Ne vous croyez pas non plus à l’abri parce que vous écrivez sous pseudo, le chroniqueur du Bondy blog Mehdi Meklat en a fait les frais  il y a quelques jours. De plus, lorsque vous postez des propos haineux sous couvert d’anonymat, c’est très dégradant. Surtout pour vous. On ne va pas se mentir, c’est surtout le signe d’une certaine lâcheté. « Ces personnes se mentent à elles-mêmes. Le pseudo, c’est une façon d’être plus fortes, mais dans le fond, elles savent très bien qu’elles ne le sont pas, puisqu’elles ne l’assumeraient pas dans la vraie vie, argumente la psychiatre. Ce mensonge à soi-même est très mauvais pour l’estime de soi. »

Quelle estime de vous-mêmes aurez-vous ?

Christine Barois qui travaille avec des adolescents, reçoit dans son cabinet des jeunes « humiliés et détruits par le harcèlement sur Internet ». Il arrive que certains se suicident. Quelle estime de vous-mêmes aurez-vous, si vous avez participé à cela, même indirectement ? « Il faut avoir des tics de réflexion de base avant de publier sur les réseaux : "Je ne fais pas à quelqu’un ce que je n’aimerais pas que l’on me fasse et je ne publie pas quelque chose dont j’aurais peut-être honte plus tard." »