Il squatte Facebook et prend la tête, qui est «Trash Dove» l'oiseau mauve accusé de nazisme?

WEB Un autocollant Facebook à l’effigie d’un oiseau se répand sur les réseaux sociaux…

R.L.

— 

L'oiseau «Trash Doves»

L'oiseau «Trash Doves» — Capture d'écran Facebook

Depuis quelques jours, il squatte de nombreuses messageries et commentaires sous des publications Facebook. Lui, c’est « Trash Dove » (pauvre colombe) : un pigeon mauve, qui fait du headbanging comme un vrai fan de death metal. Qui est-il ? D’où vient-il ? Quels sont ses réseaux ? 20 Minutes fait le point.

Originaire de Thaïlande

Cet oiseau est issu d’une collection d’autocollants créée par l’artiste américaine Syd Weller, rapportele Huffington Post. Mais c’est grâce à une vidéo devenue virale en Thaïlande que l’oiseau à l’oeil géant connaît son heure de gloire, précise le site Internet. Cette séquence qui montre en effet l’oiseau en train de danser avec un chat a été vue plus de 4,5 millions de fois en une semaine.

Sa reconnaissance s’étend et sur Youtube, des gens n’hésitent pas non plus à se filmer en train de reproduire les gestes de cette bestiole.

Mais très vite, de nombreux internautes ont fait part de leur agacement face à l’invasion de l’oiseau et ont pointé du doigt ses « fréquentations douteuses ».

Un symbole néo-nazi ?

Quelques jours après que ce mème se soit propagé, le pigeon s’est retrouvé dans le sombre milieu néo-nazi du web, note le Huffington Post. Selon le site « Know Your Meme », « Trash Doves » est devenu une sorte de « code secret » qui permet aux nostalgiques du IIIe Reich de se reconnaître entre eux.

Néanmoins, d’après BuzzFeed News, les nombreux montages néo-nazis visibles sur les réseaux sociaux seraient en réalité une façon pour les trolls de propager cette rumeur afin de faire bannir l’oiseau d’Internet. Que dit son auteur ?

« C’est ce que vous voulez qu’il soit »

Khaosod, un site Internet thaïlandais a interviewé Syd Weiler et a demandé à l’illustratrice s’il y avait une explication au « comportement étrange » du pigeon, rapporte Presse-Citron. Mais Syd Weiler ne semble pas vouloir donner un sens particulier. « Il pourrait être l’un ou l’autre ou les deux ! Ou heureux et excité… c’est ce que vous voulez qu’il soit », a-t-elle répondu.