Facebook: Mark Zuckerberg publie un manifeste pour un monde nouveau

PEOPLE Le fondateur de Facebook veut lancer une communauté mondiale… 

20 Minutes avec agences

— 

Mark Zuckerberg à Sun Valley, aux Etats-Unis, le 12 juillet 2012.
Mark Zuckerberg à Sun Valley, aux Etats-Unis, le 12 juillet 2012. — Paul Sakuma/AP/SIPA

Depuis qu’il a fondé Facebook en 2004, Mark Zuckerberg exprime régulièrement son désir de rassembler les utilisateurs de son réseau social. Il vient cette fois-ci de formaliser ses idées dans un manifeste, baptisé « Building Local Community » (Bâtir une communauté locale, en français).

Militant depuis de nombreuses années pour la création d’une communauté mondiale, il réaffirme dans ce long texte publié jeudi ses idées anti-isolationnistes. « Quand nous avons commencé, l’idée n’était pas controversée, explique-t-il. Chaque année, le monde est devenu plus connecté et ceci a été vu comme une tendance positive. Mais aujourd’hui, il y a des personnes laissées de côté par la mondialisation, et des mouvements appelant à se replier face aux relations mondiales. On se demande aujourd’hui s’il faut développer une communauté globale, qui fonctionne pour tous, et si le futur chemin doit être de se connecter davantage ou d’inverser la tendance. »

Un pour tous, tous pour un

Rappelant que Facebook s‘est concentré, ces dernières années, sur les liens familiaux et amicaux, Mark Zuckerberg a expliqué vouloir désormais bâtir une communauté plus large, « qui nous soutient, nous maintient en sécurité, nous informe, permet l’engagement civique et l’inclusion pour tous ».

Le fondateur du réseau social ayant dépassé le milliard d’utilisateurs en 2015 a ensuite développé longuement les points qu’il souhaite aborder. Il veut contribuer à la formation et à l’essor des communautés en ligne, et propose d’en améliorer leur sécurité par le biais de fonctionnalités à l’image du « Safety Check », permettant aux utilisateurs d’indiquer qu’ils sont en sécurité lors de catastrophes, mais aussi en utilisant l’intelligence artificielle afin de les anticiper.

Il promet par ailleurs de mieux réguler l’information sur son réseau social, tout en couvrant « l’intégralité de son spectre », rappelant au passage que Facebook est un réseau « social » avant d’être une plateforme « idéologique ».

I stopped by the Facebook Live launch room earlier today. Thanks everyone for your amazing work!

A post shared by Mark Zuckerberg (@zuck) on

Enfin, Mark Zuckerberg fait valoir la nécessité d’impliquer chaque citoyen dans les prises de décisions mondiales, et se propose comme relais entre les utilisateurs de son réseau et les leaders du monde politique.

>> A lire aussi : Facebook: Les vidéos se lanceront automatiquement avec le son

Il assure en conclusion « avoir passé beaucoup de temps » à réfléchir à « la gouvernance » de sa communauté, soulignant les difficultés à respecter les mœurs et spécificités culturelles de chaque pays. « Nous sommes nombreux à nous élever pour rassembler les gens, et connecter le monde, conclut Mark Zuckerberg. J’espère que nous pourrons garder cet intérêt sur le long terme et construire la nouvelle infrastructure sociale pour créer le monde que nous voulons pour les générations à venir. »

View this post on Instagram

This week at F8. Bye bye, drone!

A post shared by Mark Zuckerberg (@zuck) on