Alexa: Comment le majordome virtuel d'Amazon va se faire une place dans votre vie

HIGH-TECH Alexa, le système d’intelligence artificielle d’Amazon, n’est pas encore annoncé en France, mais son triomphe aux Etats-Unis pousse déjà de nombreux constructeurs à l’adopter. Contre quelles promesses ?…

Christophe Séfrin

— 

Petite soeur d'Echo, Echo Dot est une console avec laquelle Alexa peut trouver sa place n'importe où dans la maison.

Petite soeur d'Echo, Echo Dot est une console avec laquelle Alexa peut trouver sa place n'importe où dans la maison. — AMAZON

Alexa enflamme la planète high-tech. Et pour cause, le système d’intelligence artificielle d’Amazon donne l’impression d’être partout : à bord de berlines Ford ou Volkswagen ; embarquée dans un réfrigérateur LG ou une machine à laver Whirlpool ; bien installée dans des aspirateurs Neato ou Samsung ; lovée dans un smartphone Huawei ou des enceintes des marques Lenovo ou Invoxia… et déjà à portée de télécommande de certains téléviseurs 4K. Un vrai dont d’ubiquité.

>> A lire aussi : Le grand huit des innovations auxquelles on ne s’attendait pas au CES

Lancé en 2015, Alexa est déjà un succès aux Etats-Unis avec plusieurs millions d’enceintes  Echo et de boîtiers  Echo Dot dotés de ce système, vendus par Amazon.

Depuis 2 ans, l'enceinte Echo est le cheval de Troie d'Amazon pour faire entrer Alexa dans les foyers américains.
Depuis 2 ans, l'enceinte Echo est le cheval de Troie d'Amazon pour faire entrer Alexa dans les foyers américains. - AMAZON

 

Déjà présente aux USA, en Grande-Bretagne et en Allemagne (en version bêta), Alexa se fait encore désirer dans l’Hexagone. Pour l’heure, nul ne semble savoir quand la belle y pointera le bout de son QI. Peut-être après son lancement au Japon. Interrogé, Amazon France ne lâche rien.

La future enceinte Smart Assistant de Lenovo, avec Alexa dedans...
La future enceinte Smart Assistant de Lenovo, avec Alexa dedans... - LENOVO

 

« Alexa, c’est plusieurs choses : un moyen pour un utilisateur d’interpeller par la voix un assistant personnel. Mais aussi, dans la maison connectée, une façon de déclencher des taches répétitives plus rapidement qu’en utilisant une application », rappelle Fred Potter, fondateur et PDG de Netatmo. Le constructeur a déjà intégré Alexa dans son robinet thermostatique connecté Netatmo by Starck. Conséquence : on peut demander : « Alexa, monte la température de la salle de bains à 20°C » sans autre forme de manipulation.

Avec le robinet thermostatique connecté de Netatmo et Alexa, on peut choisir sa température à la voix.
Avec le robinet thermostatique connecté de Netatmo et Alexa, on peut choisir sa température à la voix. - NETATMO

 

Il existerait ainsi 6.000 tâches que l’on pourrait assigner à Alexa. De « Alexa, quel temps fera-t-il demain ? », à « Alexa monte la température de 2° ». Sans oublier, bien entendu : « Alexa, commande des couches bébé », l’interface ayant été initialement développée par Amazon pour doper les ventes auprès de ses abonnés Premium, comme avec son récent Dash Button.

>> A lire aussi : Amazon lance Dash Button, des boutons connectés pour tout commander (même les préservatifs)

Mais désormais, ce sont les acteurs du monde de la maison connectée qui se projettent à travers Alexa.

Un eldorado dans les interactions courtes

« Alexa est certainement l’interface clé pour piloter la maison. Si l’on veut s’affranchir de son smartphone lorsque l’on est chez soi, Alexa facilite l’expérience utilisateur », constate Jean-Marc Prunet, directeur général de Somfy Protect. Le fabricant équipera avec Alexa son nouveau système de surveillance Somfy One (disponible avant l’été).

Lancé pour l'été, le système de protection connectée Somfy One intègrera Alexa d'Amazon.
Lancé pour l'été, le système de protection connectée Somfy One intègrera Alexa d'Amazon. - SOMFY PROTECT

 

« Tout le monde est convaincu que c’est pertinent, que le niveau de qualité de la reconnaissance vocale est bon », poursuit Jean-Marc Prunet.

« Il faut considérer qu’Alexa est un complément du smartphone mais ne le remplace pas. Alexa va trouver son eldorado dans les interactions très courtes : je te donne un ordre, j’attends une information précise ou une réaction », décrypte de son côté Fred Potter. Mais pour le patron de Netatmo, « Alexa ne sera pas pratique pour obtenir des informations détaillées. Dans ce cas, la consultation d’Internet et de l’écrit restera à privilégier ».

En voiture avec Alexa

En attendant, Alexa sort déjà de la maison pour investir de nouveaux territoires. Certains, comme Ford, voient dans le système d’intelligence artificielle d’Amazon une nouvelle façon de développer les commandes vocales au volant.

Avec Alexa dans l'habitacle, il sera aussi possible de faire ses courses à la voix sur Amazon...
Avec Alexa dans l'habitacle, il sera aussi possible de faire ses courses à la voix sur Amazon... - FORD

 

« Depuis 2008, notre système Sync permettait de contrôler à la voix la climatisation, de lancer le dégivrage du pare-brise ou d’effectuer une recherche GPS. Etant connecté au cloud, Alexa va permettre aux conducteurs d’aller plus loin : rechercher de la musique sur un service en ligne, consulter la météo, écouter des informations ou passer des commandes.

Mais on pourra aussi demander « Alexa, ouvre le portail », ou « Alexa, ferme la porte du garage » directement depuis sa voiture si l’on dispose des équipements compatibles », précise Olivier Gallic, porte-parole de Ford France. Ainsi, Ford vient d’annoncer qu’Alexa sera disponible sur ses Fusion Energi (les Mondeo Hybrid américaines), C-Max Energi (son hybride rechargeable), mais aussi sa Ford Focus Electric.

Ford a profité du salon CES de Las Vegas pour présenter ses véhicules embarquant Alexa d'Amazon.
Ford a profité du salon CES de Las Vegas pour présenter ses véhicules embarquant Alexa d'Amazon. - FORD

 

« Et si l’on dispose d’Alexa dans sa maison, on pourra aussi lui demander de contrôler le niveau de charge de la batterie de sa voiture électrique, ou de démarrer le moteur pour que l’habitacle soit chaud au moment du départ », ajoute Olivier Gallic.

Des concurrents très actifs

Alors, Alexa, la nouvelle Terre promise de l’univers high-tech ? Trop tôt pour le dire, mais il est désormais certain que les nouvelles interactions homme/machine passeront notamment par elle. Limitée dans ses usages, Alexa devra encore voir ses compétences natives grandir.

Et la concurrence s’active : Apple avec Home Kit travaille sur l’intelligence artificielle appliquée à des scénarios de vie. Google avec le prometteur Google Home ou Microsoft avec Cortana développent également leur propre solution. Sans oublier Facebook qui ne compte pas regarder passer le train de l’intelligence artificielle sans monter à bord. Reste ce qui semble être une certitude : Amazon conserverait au moins deux ans d’avance sur ses rivaux.