20 Minutes : Actualités et infos en direct
datingCes comportements « red flag » du dating en ligne

Les red flags qui vouent les rencontres en ligne à l'échec

datingUne enquête débusque les comportements qui font fuir les utilisateurs d'applis de rencontre
60% des Français utilisent ou déjà auraient utilisé une application de rencontres.
60% des Français utilisent ou déjà auraient utilisé une application de rencontres.  - Karsten Winegeart / Unsplash
Claire Frayssinet

C.F.

Depuis 2001 et la création de Meetic, les premières rencontres virtuelles n’ont cessé de séduire les célibataires en quête d’un amour durable ou d’une aventure d’un soir (ou d’un hiver pour ceux qui pratiquent la méthode du cuffing). Ces nouvelles agences matrimoniales sans intermédiaires continuent de séduire les jeunes générations à en croire un sondage réalisé par l’institut Appinio pour Bisou, une nouvelle appli de rencontres assistées par des humains qui font matcher les profils.

Selon cette enquête menée sur un panel représentatif de la population française de 1.000 personnes âgées entre 16 et 65 ans, plus de 60 % des Français utilisent ou ont déjà utilisé une application de rencontres. Parmi eux, un sur deux y cherche l’amour avec un grand A, même si 29 % des hommes admettent surtout y rechercher un coup d’un soir, contre 6 % des femmes.

Parmi les critères requis pour que la rencontre fonctionne, les utilisateurs mettent en avant le fait que la personne ait de la conversation (26 %), que son physique plaise (22 %). Les points d’attention varient aussi en fonction de l’âge de l’utilisateur. Ainsi, 37 % des 16-34 ans font très attention à la bio contre 23 % pour le reste de la population. Les plus âgés sont particulièrement attentifs à ce que leur date ait des centres d’intérêt communs avec eux (45 % des 55-65 ans contre 29 % pour le reste de la population).

Les red flags de la première rencontre

En ce qui concerne les comportements qui font fuir les utilisateurs lors du premier rendez-vous, trois se démarquent plus nettement : rien de pire qu’une personne en face qui n’écoute pas vraiment et qui ne parle que d’elle (24 %). Evidemment, les personnes qui parlent beaucoup de leur ex ne font pas franchement rêver 23,8 % des utilisateurs. Enfin, une personne qui n’a rien à raconter n’aura aucune chance de décrocher un second rendez-vous pour 20,5 % des personnes interrogées.

Sujets liés