Wimbledon 2017: Mladenovic demande en vain à l'arbitre de changer de court, elle finit par perdre le match

TENNIS La numéro 1 française n'a pas voulu prendre de risque pour sa santé...

J.L. avec AFP

— 

Kristina Mladenovic, le 6 juillet 2017 à Wimbledon.
Kristina Mladenovic, le 6 juillet 2017 à Wimbledon. — Alastair Grant/AP/SIPA

Kristina Mladenovic et Alison Riske, qui s'affrontaient au deuxième tour de Wimbledon jeudi sur le court N.18, ont toutes les deux demandé à changer de court en raison de l'état de la pelouse, a raconté la N.1 française. «Elle tombe, je tombe exactement au même endroit. J'ai de la chance que ce ne soit pas grave. On arrête le match pour en parler. Au bout du deuxième jeu, on demande à en parler avec l'arbitre, elle dit qu'il n'y a pas d'autre solution. Donc on a fait avec», a expliqué Mladenovic, qui s'est inclinée en trois sets contre l'Américaine, 2-6, 6-4, 6-4.

>> A lire aussi: VIDEO. Wimbledon: «S'il vous plaît aidez-moi...», Mattek-Sands secourue par son adversaire après une blessure horrible

«La juge-arbitre a pris des photos du court: c'est de la terre, il y a plein de trou, de bosses», a raconté la 14e joueuse mondiale, qui a estimé avoir «eu de la chance» de ne pas se faire plus mal lors de sa chute en début de match. «On voit bien qu'il n'y a quasiment plus d'herbe. Il fait trop beau, trop chaud, c'est la raison que l'on nous donne», a-t-elle continué.

«L'état du terrain est forcément mauvais pour le niveau du tennis», a jugé la Nordiste. «On a fait toutes les deux comme on pouvait. J'ai fait attention à mes appuis. J'avais l'impression de faire attention à mes appuis pour ne pas me faire plus mal.» «Je finis avec des bobos, je vois tout le monde revenir au vestiaire avec des bobos. Et quand je vois Benthanie...», a ajouté la Française à propos de l'Américaine Mattek-Sands et de ses hurlements de douleur après son impressionnante blessure à un genou sur le court N.17.

L'adversaire de Mattek-Sands, Sorana Cirstea, venu en aide à l'Américaine finalement évacuée vers l'hôpital, a toutefois estimé que la blessure n'était pas liée à l'état du terrain.«Nous savons tous que l'herbe est plus dangereuse que les courts en dur ou la terre battue. Mais ce qui est arrivé aujourd'hui, c'est de la malchance. Cela aurait pu arriver à n'importe qui», a estimé la Roumaine.