Top 14 : « Je déteste qu’on triche »… Urios dézingue les joueurs de l’UBB après la défaite à Lyon

RUGBY Le manager de l’Union Bordeaux-Bègles n’a pas du tout apprécié la prestation de son équipe lundi soir. Mais pas du tout

Clément Carpentier
— 
Christophe Urios, le manager de l'UBB.
Christophe Urios, le manager de l'UBB. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • L’UBB s’est inclinée lundi soir à Lyon (27-10) après un non-match.
  • Cette prestation a fait sortir de ses gonds Christophe Urios.
  • Le manager bordelais prévoit une préparation de match à l’ancienne avant Clermont, dimanche.

C’est un coup de gueule comme il les aime. Mais celui-ci est particulièrement impressionnant et piquant. Le volubile Christophe Urios n’a pas pris de pincettes comme à son habitude après la défaite sans gloire de l’Union Bordeaux-Bègles à Lyon (27-10) à l’occasion de la 3e journée de Top 14. Très en colère contre ses joueurs, le manager bordelais a tout d’abord qualifié la performance de son équipe de « match universitaire du lundi soir » en première mi-temps.

Il faut dire que son équipe était alors menée 22-0 et « encore il aurait pu y avoir 30 à 0 » rappelle-t-il. Apathiques et dépassés, les coéquipiers de Matthieu Jalibert n’ont été que l’ombre d’eux-mêmes. « Je me dis, ça fait 10 jours qu’on prépare ce match, tout ça pour ça ! Ce n’est pas bien ce qu’on a fait. Ça va nous remettre les pieds sur terre. Je suis déçu sur l’état d’esprit, même pas des fondamentaux, l’état d’esprit. Il faut que chacun prenne ses responsabilités », explique Christophe Urios dans une colère froide.

« Là je ne vais pas gérer des datas, je vais le faire un peu à l’ancienne »

Au fil des minutes de sa conférence de presse, il augmente le volume tranquillement avant de prévenir ses joueurs : « La semaine va être musclée. Sur ce match, on n’aura pas besoin de faire des vidéos. On va vite basculer sur Clermont et on va faire jouer ce qui ont envie de jouer. » Il reconnaît aussi s’être trompé dans sa composition d’équipe mais il « n’a pas l’habitude de se tromper deux fois ! » Autant dire que certains ne sont pas prêts de remettre le maillot de l’UBB.

Et puis, il finit par s’emporter et livrer sa préparation du prochain match dimanche :

Là je ne vais pas mettre de GPS, je m’en fous de tout ça, je vais le faire un peu à l’ancienne, un peu comme je le ressens parce que parfois on a tendance à en… les mouches pour au final faire cette merde ! »

Urios poursuit : « Donc là j’ai un peu les boules, demain j’aurais encore plus les boules et après-demain encore plus, plus les boules. Là je ne vais pas gérer des datas, je vais sentir les mecs et il y en a certains que je ne vais pas sentir longtemps. »

Conclusion du coach bordelais : « Je déteste qu’on triche, je déteste qu’on fasse semblant. Quand tu vois le club fait l’effort de mettre à disposition un avion, de faire l’aller-retour sur la journée pour qu’on soit bien et tout… Eh bien put… les mecs, on aurait mieux fait de venir en bus. »