Bordeaux : Le Néo-Zélandais Ben Lam peut-il être le nouveau Semi Radradra de l’UBB ?

RUGBY L'Union Bordeaux-Bègles affronte Bristol en demi-finale de la Challenge Cup, ce vendredi (20h45), l'occasion de voir la nouvelle recrue star du club se mesurer à son prédécesseur en Gironde

Clément Carpentier

— 

Ben Lam, le nouvel ailier de l'UBB.
Ben Lam, le nouvel ailier de l'UBB. — Daniel Vaquero/SIPA/2009211648
  • L’UBB se déplace à Bristol, ce vendredi (20h45) pour défier les Bears en demi-finale de la Challenge Cup.
  • Il y aura un match dans le match à suivre entre Ben Lam, le nouvel ailier de l’Union et Semi Radradra qui a quitté la Gironde pour l’équipe anglaise à l’intersaison.
  • 20 Minutes revient les différences et similitudes entre ces deux joueurs hors norme.

Il était 13 h 55 quand samedi dernier les 1.000 supporteurs du stade Chaban-Delmas ont cru revoir Semi Radradra sur le pré bordelais avec le maillot de l’UBB. Un homme venait de traverser tout le terrain en battant quatre défenseurs d’Edimbourg. Problème, si le phénomène fidjien a bien traversé une pelouse le week-end dernier, c’était à Bristol en Angleterre lors de victoire de sa nouvelle équipe en quart de finale de la Challenge Cup. Alors qui était cet homme ?  Ben Lam.

Ce nom ne dit sûrement pas (encore) grand-chose au grand public. Pourtant, dans le milieu, le Néo-Zélandais s’est déjà taillé une belle réputation : celui d’être un véritable serial marqueur (111 essais en 199 matchs en carrière, rugby à VII et à XV compris). Et devinez qui il aura en face de lui ce vendredi (20 h 45) à l’occasion de la demi-finale de Challenge Cup entre l’UBB et les Bristol Bears ? Son père, Pat Lam, qui n’est autre que l’entraîneur des Anglais mais surtout, un certain Fidjien bien connu en terre girondine. Alors Ben Lam peut-il être le nouveau Semi Radradra de l’Union ?

Pas la même place, pas le même style…

En bon président, Laurent Marti a tout de suite souhaité couper court à toute comparaison chez nos confrères de Sud Ouest : « Semi Radradra, je n’en connais qu’un. Ben [Lam] va amener autre chose ! »

Première différence de taille : les deux hommes ne jouent pas au même poste. Le premier est centre, le second est ailier. Le Fidjien, très agile ballon en main, est un créateur. Le Néo-Zélandais, lui, est un pur finisseur : « Il amène beaucoup de puissance, il est très fort dans sa zone, il inscrit des essais et c’est très difficile pour l’adversaire de défendre sur lui car il est costaud », décrit Christophe Urios, le manager de l’Union Bordeaux-Bègles.

En termes de comparaison, et toutes proportions gardées, Ben Lam se rapproche plus d’un Jonah Lomu. Quand il est lancé, il est pratiquement inarrêtable avec ses mensurations hors du commun pour un ailier (1,94 m pour 105 kg). Sa place sur le terrain fait également qu’il touchera forcément moins de ballons que Semi Radradra, même si à l’UBB les ailiers peuvent intervenir régulièrement au centre du terrain à l’image de l’Argentin, Santiago Cordero.

Mais le même rôle !

Si Laurent Marti et Christophe Urios ont jetté leur dévolu il y a plusieurs mois sur Lam pour succéder à Radradra, c’est avant tout pour remplacer un facteur X par un autre. On parle de ces joueurs capables de faire basculer un match à eux tout seul. Tous les deux de nature réservée en dehors des terrains, ils ont aussi le point commun d’être passé par le rugby à 7. Celui où on apprend notamment à dévorer les espaces et à développer une technique individuelle de très haut niveau. Et en tant que Néo-Zélandais ou Fidjien, ils avaient en plus quelques prédispositions.

Ben Lam sous le maillot All Black avec l'équipe de rugby à 7.
Ben Lam sous le maillot All Black avec l'équipe de rugby à 7. - Marty Melville / AFP

A l’image de Semi Radradra souvent décisif la saison dernière dans les matchs importants, Ben Lam a été très présent dès sa première rencontre contre Edimbourg. Maintenant, il va devoir confirmer de semaine en semaine et à commencer par vendredi face à son prédecesseur. Bien sûr qu’il n’a pas fait oublier le phénomène fidjien en un match mais il y a déjà quelques promesses. Et comme Jandre Marais, le deuxième ligne de l’UBB, beaucoup de supporteurs bordelais doivent se dire cela en ce moment : « Imaginez quand dans quelques matchs il aura un peu l’habitude de jouer avec les centres et Matthieu [Jalibert]. Je suis très excité de le voir dans dix matchs ». Nous aussi.