Coronavirus dans le rugby : Eliminé sans jouer de la Challenge Cup, Castres dénonce « un amateurisme indigne »

RUGBY ET COVID Castres aurait dû jouer ce dimanche un quart de finale de Challenge Cup chez les Anglais de Leicester. Les organisateurs ont donné match perdu au club tarnais, touché par des cas de Covid-19

N.S.

— 

Rory Kockott et ses coéquipiers du Castres Olympique ont été privés du dessert européen.
Rory Kockott et ses coéquipiers du Castres Olympique ont été privés du dessert européen. — Frédéric Scheiber / AFP

La décision est tombée samedi, en fin de journée. Sur fond de coronavirus, le quart de finale de Challenge Cup – la « petite » Coupe d’Europe – entre les Anglais de Leicester et le Castres Olympique n’aura pas lieu comme prévu ce dimanche. L’EPCR, en charge de l’organisation des compétitions européennes, a précisé que le CO « doit déclarer forfait et Leicester est qualifié pour les demi-finales », à la suite d’un « avis médical ».

Un comité sanitaire, composé de responsables médicaux des fédérations, des ligues et des deux clubs, s’était réuni par visioconférence vendredi soir après la confirmation par le club tarnais de trois cas de Covid-19 dans l’effectif, et d’un autre dans l’encadrement.

La décision de l’EPCR a beaucoup de mal à passer du côté du Tarn. « Si les tests effectués mercredi sur 55 joueurs du club avaient révélé trois cas positifs, les résultats de l’ensemble de l’effectif prévu pour le déplacement à Leicester s’étaient quant à eux tous révélés négatifs », assure le CO dans un communiqué. Le club indique aussi que les trois joueurs positifs avaient été immédiatement isolés.

Le club regrette que l’annonce de son forfait soit intervenue « avant même que les résultats des nouveaux tests [réalisés en urgence à la demande de l’EPCR] ne soient connus ». « Aucune règle précise, y compris sur un nombre de cas maximum, n’apparaît dans les règlements EPCR, ce qui semble relever d’un amateurisme indigne d’une compétition européenne », pointe le club, qui attendait de disputer un quart de finale de Coupe d’Europe depuis douze ans.