Tentative d'assassinat sur Grosso: «Il n'y avait aucune intention de faire mal», les All-Blacks défendent l'indéfendable

RUGBY L'ailier des Bleus souffre d'une double fracture du visage...

20 Minutes avec AFP

— 

Rémy Grosso au sol après un vilain plaquage des All-Blacks
Rémy Grosso au sol après un vilain plaquage des All-Blacks — SIPA

Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel a finalement jugé dimanche peut-être « accidentel » le plaquage qui a occasionné, la veille contre la Nouvelle-Zélande à Auckland (11-52), une double fracture du crâne à Rémy Grosso, pour l'instant pas remplacé dans le groupe pour la suite de la tournée.

« Hier, j'avais dit qu'il me paraissait dangereux et illicite. Mais je crois que c'est accidentel », a déclaré Brunel à la presse.

Grosso, auteur du seul essai français, est sorti à la 59e minute après avoir été pris en tenaille par un double plaquage de Sam Cane et Ofa Tuungafasi, sanctionné d'une simple pénalité. Le premier l'a rattrapé par le cou, par derrière, tandis que le second l'a pris de face, à la tête.

« Sur la première image (visionnée samedi, NDLR) on dirait qu'il (Tuungafasi) y va avec l'épaule, sur une autre que c'est tête contre tête » a ajouté Brunel.

« Ce sont des choses qui arrivent »

Le sélectionneur néo-zélandais Steve Hansen s'est lui dit dimanche certain du caractère accidentel du geste de Tuungafasi: « Il n'y avait aucune intention de faire mal, ce sont des choses qui arrivent. »

Selon lui, le pilier droit remplaçant des All Blacks a été surpris par le changement d'angle de course de Grosso, qui glissé dans sa direction: «Quand vous avez amorcé votre plaquage, il est ensuite difficile de faire machine arrière. Surtout pour un joueur du gabarit d'Ofa. C'est mon point de vue.» 

Tuungafasi, de son côté, s'est adressé à Grosso via Twitter: « Rémy, j'espère que tu vas mieux. C'était un match physique et mon intention n'était pas de te blesser. Je suis également désolé de ne pas avoir pu te voir après le match, comme avant notre départ (pour Wellington) mais j'espère qu'on se croisera bientôt, mec. »

Grosso, qui restera encore « deux-trois jours » à Auckland avant d'être rapatrié en France, ne sera «pour le moment» pas remplacé en vue des deux des derniers tests, samedi prochain à Wellington puis le 23 juin à Dunedin.

Son forfait aurait pu être couvert par Djibril Camara. Mais l'ailier ou arrière du Stade Français, qui s'est entraîné avec les Bleus pour pallier l'arrivée tardive de Benjamin Fall (mobilisé par la finale du Top 14 le 2 juin), rejoindra bien mardi les Barbarians français, également en tournée en Nouvelle-Zélande et peu fournis à l'aile et à l'arrière, a indiqué Brunel.

Ces derniers, réserve officielle du XV de France, affrontent les Crusaders vendredi prochain à Christchurch puis les Highlanders le 22 juin à Invercargill.