Roland-Garros : « La douleur est toujours là »... Nadal ne se cache pas avant le début de la quinzaine

TENNIS Vainqueur 13 fois à Paris, Rafael Nadal va devoir composer avec une épine dans le pied s’il veut ajouter un 14e Roland-Garros à son palmarès

W.P, avec AFP
— 
Ca tape pas trop mal Nadal pour un papi blessé
Ca tape pas trop mal Nadal pour un papi blessé — Javier Garcia/Shutterstock/SIPA

Rafael Nadal sera-t-il à 100 % à Roland-Garros ? Personne ne le sait, pas même Rafa lui-même. A une poignée de jours du début du tournoi, l’Espagnol est suspendu à un pied de plus en plus capricieux au fur et à mesure que les années passent. L’avantage de cette blessure récurrente étant, comme le dit lui-même en souriant le recordman du nombre de victoires en Grand Chelem, qu’en fait « il n’y a rien à récupérer ». La douleur est un état de fait, elle est là. Reste à savoir si elle l’empêchera de défendre pleinement ses chances.

« Il est vrai que j’ai souffert pendant deux jours, mais ça va mieux et c’est pour ça que je suis là, a déclaré Nadal. A Rome, j’avais expliqué de façon très ouverte ce qui m’arrivait et j’avais souligné que ça pouvait aller mieux assez rapidement. J’espère que c’est bien le cas. La douleur est toujours là et elle ne va pas disparaître maintenant. La question est de savoir si son intensité va me permettre de jouer avec de réelles chances ou non. »

« En Australie, le pied allait mieux »

Il y a beaucoup d’aléatoire et d’incertitudes dans le discours de l’Ibère. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il se montre moins optimiste qu’avant l’Open d’Australie, qu’il avait fini par remporter après une longue absence. « En Australie, j’étais arrivé avec très peu de préparation, mais le pied allait mieux qu’aujourd’hui. C’était un énorme avantage parce que ça me permettait de jouer plus rassuré. Là-bas, l’autre aspect positif est que j’avais pu m’entraîner plusieurs semaines auparavant. Donc, on verra. »

Et de conclure, fataliste : « je ne sais pas combien de Roland-Garros il me reste à jouer, je sais bien qu’il ne me reste plus beaucoup d’occasions, alors je vais faire de mon mieux », déconne pas, Rafa.