Ligue 1 : Qui peut être champion et comment ? Décryptage du grand bazar après la 37e journée

FOOTBALL Lyon est définitivement hors course, mais il reste trois prétendants au titre en Ligue 1 : Lille, Paris et Monaco

William Pereira

— 

Le pire dans tout ça? On a galéré pour inventer les calculs
Le pire dans tout ça? On a galéré pour inventer les calculs — 20 Minutes productions

En fermant notre ordinateur dans l’auditorium du Parc des Princes, il a fallu se rendre à l’évidence. Qu’y avait-il à retenir d’un match plié après dix minutes et un combo penalty en faveur du PSG + carton rouge contre le Stade de Reims ainsi que de deux conférences de presse post-match à peine plus passionnantes. Trois minutes à tout casser face aux micros pour David Guion, le temps d’une gueulante contre la décision « incompréhensible » de Clément Turpin et les arbitres VAR, cinq ou six pour Mauricio Pochettino​ et ses punchlines tout droit sorties d’un livre de développement personnel (genre « dans le football y croire est le plus important. Tout peut se passer, le feu ça brûle, blablabla »), et l’affaire était pliée.

Mieux valait s’éloigner vite du seul contexte de ce match pour éviter de mourir d’ennui. D’autant plus qu’il y a tellement plus passionnant que la course d’élan flinguée de Neymar sur penalty ou l’absence de QI football de Mitchel Bakker : pour la première fois depuis 2002, le leader n’a qu’un point d’avance sur son dauphin avant la dernière journée. Mieux encore, ils sont toujours trois à pouvoir rêver de soulever l’Hexagoal, bien qu’on voie mal l’AS Monaco s’en sortir sans l’opération du Saint-Esprit. Sortez vos calculatrices, interro surprise.

Le classement à une journée de la fin

1) Lille : 80 pts (+40)

2) PSG : 79 pts (+56)

3) ASM : 77 pts (+34)

Les règles du jeu

La première équipe qui remplit son camembert avec six triangles de couleur a gagné… Hein ? Pas le bon jeu, nous souffle-t-on dans l’oreillette. Ah, voilà. Pour départager les trois prétendants on prend en compte, dans l’ordre : le nombre de points > la différence de but générale > le plus grand nombre de points sur les confrontations directes > la différence de buts particulière. C’est certes un peu plus complexe qu’une partie de Trivial Pursuit mais on vous rassure, a priori les deux premières cases suffiront à sortir un champion du lot.

Lille champion si…

  • Le Losc bat Angers.
  • Le Losc, PSG et Monaco obtiennent le même résultat.
  • Le Losc et le PSG font match nul.
  • Le Losc concède un nul et le PSG perd.

Le PSG champion si…

  • Stéphane Moulin sort un masterclass en guise d’adieux contre Lille et Paris fait au moins un match nul à Brest.
  • Le Losc concède un nul et Paris gagne.

Monaco champion si…

  • L’ASM gagne, le Losc et Paris perdent + les résultats combinés des Lillois et des Monégasques font passer l’ASM devant à la différence de but (exemple : victoire 5-0 de Monaco à Lens et défaite 2-0 du Losc à Angers).
  • Lille perd, le PSG concède le nul et Monaco bat Lens 22-0 (dans le football on sait jamais, c’est Mauricio qui le dit).

Qu’en disent les challengers ?

On taille les conférences de presse de Pochettino mais au fond c’est comme la chambre d’un ado : faites le tri et vous y trouverez du bon. L’entraîneur argentin du Paris Saint-Germain croit dans la folie de ce sport et se sait à la merci d’Angers, mais ne veut pas entendre parler d’ascendant psychologique sur les Dogues, dont la situation rappelle tout de même celle de Lens 19 ans plus tôt. « L’avantage de points est réel. L’avantage psychologique, lui, n’existe pas. […] Il est clair que quand on joue sous pression, il vaut mieux avoir des joueurs d’expérience. Mais je pense que Lille comme le PSG ont ces joueurs d’expérience. C’est pour cette raison que [l’ascendant psychologique] est difficile à mesurer. »

Quant à Niko Kovac, pour des raisons mathématiques que vous connaissez désormais, il préfère parler de lutte pour la Ligue des champions. Un combat dans lequel l’OL (un point en moins) a toujours son mot à dire. « On a 77 points et on doit encore se battre pour le podium. Cela montre à quel point le championnat est compliqué », a déclaré le Croate. Et d’évoquer une autre bataille en commun avec le PSG. « Paris est désormais le match le plus important pour nous », et Paris ne peut pas se permettre le luxe de snober la finale de Coupe de France. Mercredi, les deux prétendants laisseront des plumes en vol. Au profit du leader vacillant ?