PSG - Manchester City : 1% de chance, 99% de foi... Les raisons de croire à une qualification parisienne en Angleterre

FOOTBALL Le Paris Saint-Germain doit marquer au moins deux buts sans en prendre pour se qualifier

William Pereira

— 

Les Parisiens ont encore leur mot à dire
Les Parisiens ont encore leur mot à dire — Thibault Camus/AP/SIPA

Au Parc des Princes,

Fait inédit depuis le début de la phase à éliminations directes de cette Ligue des champions 2020-21, le Paris Saint-Germain se retrouve dans la position du chasseur à l’issue du match aller. Après les succès contre Barcelone (4-1) et le Bayern Munich (3-2), les Parisiens ont cette fois perdu leur premier face-à-face contre la « Pep army ». Une configuration inconfortable au premier abord, ne serait-ce que d’un point de vue mathématique étant donné qu’il oblige le PSG à s’imposer par deux buts d’écart (ou par un but d’écart en inscrivant au moins trois pions) à Manchester, mais pas tant que ça quand on creuse un peu et sait faire preuve de mauvaise foi. 20 Minutes vous donne quelques raisons de croire à un renversement de situation. Et comme le dit Marquinhos : « Celui qui n’y croit pas, il ne faut même pas qu’il aille là-bas. »

Tout donner sur un match, Paris sait faire

Perdre le premier match, c’est se protéger contre les débats sur le spectre des remontadas et la capacité de Paname à gérer son avance. Là, il n’y a plus aucun calcul, il suffit de se donner pendant 90 minutes. Le capitaine parisien a donné le ton au micro de RMC Sport : « Il faut avoir la mentalité et l’envie de donner tout ce qu’il faut pour passer. On est vraiment très proches et il ne faut pas qu’on doute en allant là-bas. » Pochettino, persuadé que son approche du match était la bonne, n’est pas moins optimiste. « Le challenge est important, il s’agit de garder le même niveau d’intensité pendant 90 minutes. On sait que c’est un challenge, mais on sent que les joueurs veulent essayer. »

Pep Guardiola réfléchit trop

De l’autre côté, on sent d’ici le cerveau du prix Nobel du football se noyer dans des considérations idéologiques qui pourraient bien le mener à choker une nouvelle fois aux portes de la finale.

« Si on perd, perdons, mais avec notre jeu. Finalement, quelle équipe sommes-nous ? Est-ce qu’on va être capable de faire ce qu’on a fait pendant 65 minutes ou est ce qu’on va prendre des pincettes et défendre notre but ? Est-ce qu’on veut gagner avec notre mentalité. »

Si l’ami Pep se met déjà à nous sortir des phrases énigmatiques alors que son équipe vient de gagner, qu’est-ce que ça va être mardi prochain ?

Sa fé réfléchire
Sa fé réfléchire - Les réseaux

Neymar a dégainé son incantation magique

Le Brésilien a peut-être été médiocre mecredi soir dans l’Ouest parisien, mais il a immédiatement su se racheter en faisant parler sa superstition sur les réseaux. « Nous avons perdu une bataille mais la guerre continue. Je crois en mon équipe, je crois que nous pouvons être meilleurs que nous ne l’étions. 1 % de chance, 99 % de foi », a-t-il écrit. La même incantation qui avait mené le Barça à la remontada. Masterclass du Ney à venir dans cinq jours. On vous aura prévenu.

Manchester City cogitera à cause de la finale

Paris a l’avantage et l’expérience d’avoir déjà passé les demies de Ligue des champions. Les haters diront que ce n’était pas en aller-retour et on leur donnera difficilement tort, mais la finale n’est plus un aboutissement en soi pour le Paris Saint-Germain, qui n’a plus d’yeux que pour le trophée. Pour les Skyblues, c’est différent. « On sent la responsabilité de vouloir accéder à la finale », prévient déjà Pep.

Le PSG aura « l’avantage à l’extérieur de jouer à la maison »

Les connaisseurs auront reconnu l’antithèse de la légendaire punchline de Patrick Vieira. Pour des raisons qui échappent encore totalement à la science, Paris a décidé d’être en moyenne trois fois plus fort qu’au Parc des Princes. Même Pochettino, pourtant très terre à terre dans ses interventions, se laisse aller à l’irrationnel. « On a bien joué à l’extérieur contre le Bayern et Barcelone, donc c’est un motif d’espoir pour la suite. » Notons enfin que Kylian Mbappé retrouvera à l’Etihad Stadium le terrain de ses premiers exploits européens. De quoi donner des sueurs froides à nos amis anglais.