PSG-OM : « La Ligue des champions reste à un endroit »... AVB en profite et remue le couteau dans la plaie

LE CLASSIQUE L'entraîneur marseillais n'a pas loupé les Parisiens après la victoire lors du classique

W.P.

— 

André Villas Boas
André Villas Boas — Matthias Balk/AP/SIPA

C’est la règle du jeu. Quand on gagne contre son rival, on a le droit de le chambrer. André Villas-Boas, qui avait passé son année comme entraîneur de Porto à martyriser Benfica, ne le sait que trop bien. Alors il importe son savoir-faire à Marseille, après la victoire 1-0 de l’OM sur la pelouse du Paris Saint-Germain. Et pour faire mal aux Parisiens, le coach portugais a choisi de parler… Ligue des champions.

« On ne peut pas oublier qu’il y a deux historiques dans l’histoire des Classiques entre l'OM​ et le PSG, un avant que le Qatar achète le PSG et l’autre après », déclare le Portugais en préambule. Et de poursuivre, chiffres à l’appui.

Le fameux couplet du milliard d’euros investis

« Ils ont eu dix ans de domination mais ils ont dû mettre 1,5 milliard d’investissement qui leur donne tellement de joie quand ils jouent contre l’OM pour donner un peu d’importance à ce qu’ils font dans le Championnat français. Parce que je pense qu’à la fin, l’objectif de l’investissement du Qatar c’est de gagner la Ligue des champions et la Ligue des champions reste seulement à un endroit. »

Tacle viril, mais correct. On en a vu des bien pires sur la pelouse, dimanche soir.