Dortmund-PSG: « Je suis pleinement heureux à Paris », Neymar a-t-il vraiment changé depuis l’été dernier ?

FOOTBALL A 28 ans et malgré un été marqué par ses envies de départ de Paris, Neymar semble enfin épanoui au PSG

Aymeric Le Gall

— 

Neymar semble enfin bien dans ses pompes au PSG.
Neymar semble enfin bien dans ses pompes au PSG. — FRANCK FIFE / AFP
  • Ménagé depuis sa blessure aux côtes contre Montpellier, Neymar sera bien présent à Dortmund pour le huitième de finale aller de Ligue des champions.
  • Après deux saisons marquées par des blessures à des moments-clés, Neymar a envie d’aider son équipe dans sa quête de Ligue des champions.
  • Plus globalement, malgré un été tumultueux et des envies de départ au Barça, le Brésilien a digéré tout ça et semble véritablement épanoui au PSG.

Si l’affaire autour de la présence ou non de Neymar, mardi soir en Ligue des champions à Dortmund, a fait pschitt – le joueur sera bien sur la pelouse du Signal Iduna Park malgré les pinces-monseigneur sorties par Tuchel le bricoleur les jours précédant le match –, elle aura au moins permis de se rendre compte d’une chose. Le tintouin géant autour de la star est à l’image de ce qu’il représente pour le PSG, cette saison plus que jamais : le facteur X qui peut décider à lui seul ou presque du destin parisien cette année en C1.

Au-delà du phénomène que représente ce joueur à Paris et de son niveau de jeu stratosphérique depuis septembre, c’est surtout l’attitude du joueur qui interpelle. Qu’importe la colère des supporters à son égard après le grand cirque de l’été dernier, le joueur semble enfin épanoui à Paris. Et c’est peut-être ça qui va faire toute la différence. Ça et le fait que pour une fois, il va jouer un huitième de finale.

« Neymar est heureux ici »

On n’a pas beaucoup de mérite à faire ce constat. « Pour la première fois je me sens pleinement heureux à Paris », a-t-il déclaré de lui-même devant ses invités lors de son anniversaire au Yoyo, la célèbre boîte de nuit du Palais de Tokyo. Il y aura toujours des grincheux pour clamer que ce n’est que de la com’(et c’est possible que ça en soit un peu), mais ceux qui le connaissent bien font une autre analyse. Comme Isabela Pagliari, journaliste à Esporte Interativo et proche du Brésilien depuis son arrivée à Paris.

« Je pense que c’est sincère, Neymar est heureux ici. Il a l’air plus adapté, il comprend mieux la langue, il connaît mieux la ville et il s’intègre au groupe et s’adapte mieux aux joueurs. Ce qui a été facilité par le fait que beaucoup de monde dans le vestiaire parle espagnol. Il arrive plus facilement à interagir avec le reste du vestiaire par rapport à la saison dernière. »

Sa communication officielle aussi a beaucoup évolué. Cible des supporters l’été dernier, son père, qui est aussi son agent et confident, ne moufte plus, ce qui doit faire des vacances au service de communication du PSG. Une stratégie réfléchie et symbolisée par la célébration « doigt sur la bouche » de Neymar, utilisée plusieurs fois au cours de la saison. « L’idée c’est de parler moins et de jouer plus. Lui-même a conscience que s’il s’expose moins, qu’il marque plus de buts et qu’il fait de bons matchs, ça sera mieux pour lui », valide sa compatriote.

Lynché pour son retour au Parc des Princes contre Strasbourg et sifflé par une bonne partie du virage Auteuil durant les mois suivants, Neymar a peu à peu regagné l’estime du public parisien. Il reste encore quelques mini poches de contestation, mais elles sont aujourd’hui minoritaires. Au pire, ceux qui ne lui ont toujours pas pardonné ses déclarations de l’été dernier affichent-ils désormais une sorte de bienveillante ignorance. Vu d’où l’on partait, c’est pas le Pérou mais pas loin.

Acclamé par une grande partie du Parc lors de ses dernières sorties, Neymar n’hésite plus à haranguer le virage. Une manière de faire un nouveau pas vers lui, de lui montrer que la rancune… « C’est beaucoup mieux avec les supporters, convenait-il après la victoire à Bordeaux fin septembre dernier. C’est comme une relation avec ta copine. Quand tu n’es pas bien avec elle, tu ne lui parles pas. Après, avec beaucoup d’amour et de câlins, tout va rentrer dans l’ordre. » Ok lover. Puis vint cette promesse : « Je vais donner ma vie sur le terrain pour que le PSG réussisse et qu’à la fin on fasse la fête ensemble. »

Neymar, le vrai leader du PSG

Sur ce point, le crack n’a pas menti. Jusqu’à sa récente blessure aux côtes, Neymar a illuminé la première partie de saison parisienne, loin, très loin devant crackito Mbappé. « C’est le vrai leader du PSG cette année, il n’y a même pas débat », clame le consultant Canal+ Alain Roche. Toujours aussi imprévisible et soyeux balle aux pieds, Ney s’est aussi transformé en roquet à la perte du ballon. Et ça, c’est nouveau.

L’ancien milieu parisien développe : « A partir de fin octobre, on a assisté à un vrai changement, il fait les efforts, il montre l’exemple. Même s’il en fait trop ce n’est pas grave. Le principal c’est qu’il montre l’exemple. Pas pour le public mais pour ses coéquipiers. Quand vous avez devant vous un mec qui court partout, qui défend, qui fait les efforts dans le repli, qui se bat pour récupérer les ballons, forcément ça vous entraîne. Parce qu’à l’inverse, quand votre soi-disant leader n’en fout pas une, ça agace. Je le sais, je l’ai déjà vécu (rires) ! »

A l’aise dans ce groupe, Neymar a aussi pris conscience qu’il évoluait dans l’une des meilleures équipes d’Europe (sur le papier). Grâce notamment à un mercato plus complet et sexy que la saison passée. « Il voit que le PSG a corrigé certains aspects qui lui déplaisaient, comme l’arrivée de Keylor Navas aux cages, triple vainqueur de la Ligue des champions, confirme Isabela Pagliari. C’est une équipe beaucoup plus dynamique et forte avec Icardi qui est très bon, avec Cavani qui est resté. » « De l’extérieur, on émet parfois des réserves sur la force de ce groupe parce qu’on se souvient de ces dernières années, mais eux, ils savent qu’ils font peur », embraye Alain Roche.

Et le temps passe, et passe, et passe

Enfin, Neymar n’est pas plus stupide qu’un autre. Après deux années marquées par les blessures et une chute inexorable au classement du Ballon d’or, le garçon sait que le temps lui est compté. Isabela Pagliari : « Il sait qu’il prend de l’âge, il a 28 ans et des objectifs à atteindre : La Ligue des champions avec le PSG, être le meilleur du monde en gagnant le Ballon d’or et gagner la Coupe du monde avec le Brésil. Il sait qu’il est dans un moment-clé de sa carrière. »

Reste la question de son avenir. S’il se sent enfin à la maison dans la capitale et que le PSG parvient enfin à ne pas se rétamer en C1 cette saison, l’ancien de Santos peut-il envisager une prolongation de contrat comme l’aimerait le prince Al-Thani et Leonardo ? « Moi je pense qu’il va prolonger », se mouille Alain Roche. La journaliste brésilienne se montre plus prudente. Pour elle, « c’est difficile à dire. Tout va dépendre du parcours du PSG dans cette Ligue des champions. »

C’est d’ailleurs ce que laissait sous-entendre le principal intéressé dans France Football en décembre dernier : « Pourquoi vouloir partir d’ici ? J’ai encore deux ans de contrat, l’équipe continue de progresser. On se doit de rester concentré sur cette saison pour bien faire les choses et gagner le plus de titres possible. Cette saison, l’objectif, c’est la Ligue des champions. » Au boulot, alors.