Coupe de la Ligue: Et à la fin, c'est toujours Paris qui gagne

FOOTBALL Vainqueur samedi de Lille (2-1), le PSG a remporté sa troisième coupe de la Ligue d'affilée...

Francois Launay

— 

Le PSG a battu Lille en finale de la coupe de la Ligue
Le PSG a battu Lille en finale de la coupe de la Ligue — Thibault Camus/AP/SIPA

Paris malmené, Paris bousculé mais Paris encore sacré. Vainqueur de Lille samedi (2-1) en finale, le PSG a remporté sa troisième finale de la coupe de la Ligue d’affilée. Grâce à trois faits de match.

La malice de Kurzawa

Juste avant la mi-temps, Paris ouvre le score grâce à Pastore. Mais sur le but, les Lillois crient au scandale. En cause, le placement litigieux de Kurzawa sur l’action. En position de hors-jeu, le défenseur laisse passer le ballon entre ses jambes. Pour les Lillois, il fait action de jeu et le but aurait dû être refusé. A l’inverse, le latéral gauche ne touche pas le ballon et ne fait pas action de jeu. Bref, deux lectures s’opposent et selon qu’on se place du côté lillois ou du côté parisien, elle sont bien différentes.

L’expulsion de Rabiot

Rejoint au score sur un but de Sidibé en début de deuxième période, le PSG souffre et n’est pas loin de couler. Pire, expulsé pour un deuxième carton jaune, Rabiot laisse ses partenaires à dix contre onze à vingt minutes de la fin. Un problème ? Pas du tout. Paradoxalement, c’est en infériorité numérique que les Parisiens seront meilleurs. La preuve, Lille ne se montrera plus très dangereux après ce fait de jeu.

Le timing de Di Maria

Après avoir à peu près raté tout ce qu’il a entrepris, c’est pourtant Di Maria qui va offrir la coupe de la Ligue au PSG. Sur un dégagement de Sirigu, Soumaoro manque son dégagement de la tête. En embuscade derrière lui, Di Maria se présente seul devant Enyeama sorti à sa rencontre. Plutôt que de se précipiter, l’Argentin temporise et marque dans le but vide. Lille ne reviendra plus.