Incidents au Stade de France: «L'approche française des grands événements est dangereuse et datée»... Revivez les auditions des supporters au Sénat

football Deux représentants de supporters de Liverpool ainsi que des dirigeants de Football Supporters Europe sont attendus au Sénat pour livrer leur version des incidents survenus au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions

N.C.
— 
Des supporters de Liverpool patientent pour entrer dans le Stade de France pour assister à la finale de la Ligue des champions, le 28 mai 2022.
Des supporters de Liverpool patientent pour entrer dans le Stade de France pour assister à la finale de la Ligue des champions, le 28 mai 2022. — Christophe Ena/AP/SIPA

L'ESSENTIEL 

  • Après le chaos vécu au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, le 28 mai dernier, la commission des lois et de la Culture du Sénat enquête pour faire toute la lumière sur les événements.
  • Le Préfet Didier Lallement, des membres de la FFF et de la LFP, les ministres Gérald Darmanin et Amélie Oudea-Castera ou encore le Liverpool Steve Rotheram ont déjà eu l'occasion de s'exprimer. 
  • Ce mardi après-midi, c'est au tour des représentants des supporters de Liverpool, du Real Madrid et de l'association Football Supporters Europe de prendre la parole pour exposer leur vision des faits. 
  • Une audience très attendue, avec des Anglais notamment remontés à bloc. 



18h14 : A bientôt !

Merci à tous d'avoir suivi ce live. Je vous conseille de basculer sur celui des Mondiaux de natation, ouvert à l'instant par mon collègue Quentin. Charlotte Bonnet et Léon Marchand sont chauds pour la médaille, courrez-y c'est par ici. Et moi je vous dis bonne soirée ! 

18h11 : L'audition se termine

Les débats sont devenus très spécifiques sur la fin, je vous ai épargné ça. Le principal était de recuillir les témoignages des supporters, et de ce point de vue cette audition était indispensable. Plus personne ne peut ignorer les graves erreurs d'organisation commises par les autorités françaises, et les mensonges qui ont suivi pour se couvrir. L'important maintenant va être de tirer les leçons de tout ça. 

18h05 : Des moyens humains et du dialogue avant tout

Le DG du FSE évoque les deux propositions dont on entend parler en ce moment et qui seraient des solutions miracles: l'intelligence artificielle et a reconnaissance faciale. « Nous, on ne demande pas d'énièmes nouvelles technologies, on demande des moyens humains, du personnel formé et ruménéré correctement, du dialogue avec les autorités. » 

17h58 : «On a perdu en expertise depuis l'Euro 2016»

Ronan Evain est interrogé sur les précédents événements organisés, et notamment l'Euro 2016: « On a perdu en expertise depuis l'Euro 2016. L'erreur commise à l'époque est qu'on n'a pas eu de retour d'expérience, notamment concernant les services de sécurités privés. Les grosses structures n'étaient pas intéressées car les marchés étaient trop bas, surtout en période de risque terroriste. J'espère que le travail du Sénat va nous permettre d'apprendre de nos erreurs et d'y remédier. »

17h51 : On passe aux questions des sénateurs présents dans la salle

Chacun y va de ses questions, je ne sais même pas si les intervenants auront le temps d'y répondre. En gros, qu'est-ce qu'on peut faire pour restaurer l'image de la France et éviter « les situations apocalyptiques » de ce genre à l'avenir? 

17h47 : Des projets à relancer

L'avocat des supporters fait le point sur tous les projets pour améliorer la situation avec les supporters qui sont mort-nés ou tout comme (l'Instance nationale du supportérisme, les référents-supporters, etc.). Je peux vous dire qu'il y a du boulot. 

17h43 : Un problème de formation et de recrutement de stadiers

C'est un des gros problèmes français également, et ça a déjà été dit plein de fois. On ne forme pas assez de stadiers, on ne les rémunère pas assez, les agences de sécurité ont toutes les peines du monde à en recruter et ça a forcément des conséquences lors de l'organisation de grands événements. 

17h40 : La France ne sait plus comment gérer les supporters

Barthélémy rappelle qu'en France on ne sait plus organiser des déplacements de supporters, car on les interdit tous (ou presque) tous les week-ends en Ligue 1 et Ligue 2. On ne peut qu'être d'accord. On avait d'ailleurs fait un papier en fin de saison sur ce problème, à retrouver ici

17h37 : Les points sur lesquels il faut travailler

« La gestion des flux est la clé, avec la signalétique et la présence de personnel qualifié sur le chemin pour encadrer les supporters. »

17h35 : L'avocat des supporters Pierre Barthélémy sur l'avenir

« Il faut regarder vers l'avant. La question mérite des travaux rapides, car avant la coupe du monde de rugby par exemple, on peut avoir à l'automne prochain un PSG-Liverpool en Ligue des champions. Le rapport de M. Cadot pose des premières pistes intéressantes. »

17h33 : «Une approche des événements dangereuse et datée»

« Il est urgent de sortir de cette approche française des grandes événements sportifs, dangereuse, datée. La France est en retard sur ses voisins europens, il est grand temps de se mettre à la page. Cette approche uniquement sécurtiare de la part de la Préfecture, on la retrouve à la FFF. La Fédération n'investit pas dans le dialogue avec les supporters. »

17h30 : Ronan Evain pointe maintenant les problèmes
  • Mauvaise connaissance des supporters 
  • Préparation archaïque, avec des problèmes qui datent de la construction du Stade France.
  • Approche française des supporters. Les Anglais et Espagnols ont été traités comme nous toute l'année: comme une menace. Personne ne s'est concentré sur l'hospitalité, l'accueil. Les gens contacts pour les suporters ce soir là étaient des policiers en tenue anti-émeute. Ce n'est pas leur métier. 
17h29 : «J'ai eu honte pour la France»

En conclusion: « J'ai eu peur pour moi, mes amis, et eu honte pour la France. Trois semaines après, j'ai beaucoup plus de mauvais souvenirs que de bons, malgré la victoire de mon équipe. Je ne conseillerai à personne de venir assister à un événement en France. »

17h28 : Plus inquiets que heureux au coup de sifflet final

« Avec les supporters de Liverpool, il n'y a eu aucun incident. Ils ont été calmes et corrects. Nous n'avons pas compris les propos des autorités françaises. 

Après la victoire, on n'était pas vraiemnt heureux. Plutôt inquiets à l'idée de quitter le stade. Sur les passerelles (pour rejoindre les transports en commun), les gens se bousculaient, on a eu peur pour les enfants, les personnes âgées. Un miracle que personne ne soit tombé, il aurait pu y avoir un drame. Je n'ai jamais vu une police aussi passive, inactive, alors que des groupes de voyous tentaient d'agresser des supporters. »

17h25 : Des accès incommodes

« Le père et le frère d'un ami se sont fait voler leur portable, donc ils n'avaient plus de billet pour entrer. Ils ont dû rentrer à l'hôtel pour voir le match. La police n'est jamais intervenue. Les accès étaient incommodes, notamment pour les personnes âgées ou handicapées. Il y a eu à nouveau des incidents car des voyous ont pu accéder au stade, on ne sait pas comment. »

17h23 : Des problèmes dans les fans zones

« En 8 finales, je n'avais jamais vécu quelque chose comme ça. Déjà dans les fans zones on sentait que la sécurité n'était pas au rendez-vous. Des amis ont été attaqués, on cherchait à voler leur porte-feuille. Au Stade, très peu d'indications pour accéder au stade, aux portes, on a constaté un manque d'organisation évident. »

17h21 : Au tour du socio du Real Madrid de s'exprimer

M. Emilio Dumas, un franco-espagnol qui était présent au stade. 

17h21 : « Nous demandons des excuses et un retrait de tous les mensonges »

La conclusion de Joe Blott: « Nous demandons des excuses et un retrait de tous les mensonges. Pour la sécurité des supporters qui viendront pour la coupe du monde 2023 de rugby et des JO 2024, il faut une enquête transparente sur ces événements. »

Il termine sur un joli petit tacle: « Nous sommes à votre disposition pour fournir des vidéos qui pourraient remplacer elles malencontreusement effacées. »

17h18 : La liste des questions posées par les supporters anglais
  • Pourquoi y avait-il une absence totale de signalisation entre la gare RER E et le stade ?
  • Pourquoi les chiffres sur les transports utilisés pour faire des affirmations sur les supporters sont-ils flous, non fondés et changent-ils de jour en jour ?
  • Pourquoi ne remet-on pas en question le fait que ces chiffres de transport incluent les personnes qui vont faire leurs courses, au travail ou qui rentrent chez eux ?
  • Pourquoi l'itinéraire pour se rendre au stade était-il différent de celui que les supporters devaient suivre sur l'app de l'UEFA ?
  • Pourquoi la demande de la Fédération Française de Football de répartir les supporters en deux files d'attente distinctes avant le filtrage a-t-elle été ignorée ?
  • Pourquoi n'a-t-on pas réagi au fait que la grève du RER B était en cours ?
  • Pourquoi n'a-t-on pas réagi aux problèmes survenus en début d'après-midi en raison de la grève du RER B dès qu'ils sont devenus évidents ?
  • Pourquoi les autorités n'ont-elles à aucun moment essayé de communiquer avec les supporters sur les problèmes et les solutions possibles ?
  • Pourquoi le réflexe des autorités a-t-il été de faire porter la responsabilité aux supporters? 

En effet, ça fait beaucoup.. 

17h15 : Un échec total

Joe Blott assure que les Anglais sont bien conscients du traumatisme à la suite des attentats de novembre 2015. « On a vu les délcarations avant la finale, que votre ministère s'attendait à tout, que les supporters allaient sûrement mal se comporter. Ce stade avait déjà été la cible d'une attasque terroriste, et pourtant il a été si facielement pénétré. N'est-ce pas là un échec total ? Les stadiers ont abadonné le contrôle des billets et permis à beaucoup de gens qui n'auraient pas dû de rentrer à l'intérieur. »

17h09 : «Les chiffres ne tiennent pas debout»

Le représentant des supporters remet en cause les chiffres du ministère et de la Préfecture. « Les fans sans billets n'étaient pas aux abords du stade. Les chiffres ne tiennent pas debout. Si on croit les chiffres, il y avait 75.000 supporters de Liverpool au stade, en plus de tous ceux de Madrid. C'est aboslument impossible. »

17h07 : Des recommandations ignorées

« Les forces de police françaises en sont restées aux années 80, ont considéré que les supporters de Liverpool étaient tous des hooligans. Elles ont ignoré les recommandations et les conseils de nos forces de police » (qui leur avait fait un rapport avant la finale). Pour les supporters de Liverpool, les Français ont reproduit les mensonges de la catastrophe d'Hillsborough. 

17h05 : La police hostile dès le départ

Joe Blott indique que la police avait une idée préconçue de la mentalité des supporters anglais (et pas vraiment dans le bon sens). Ils ont ressenti ça toute la journée du samedi, bien avant le match. « Des fans ont été choqués, car certains quartiers de Paris ne leur ont pas été autorisés parce qu'ils portaient un maillot de foot. Les stéréotypes qui pèsent sur les supporters de football font mal. »

17h02 : «Faire en sorte que ces événements ne se reproduisent jamais»

« Nous ne sommes pas ici pour crier vengance. Nous voulons faire éclater la vérité et faire en sorte que la France tire les enseignements et que ces événements ne se produisent plus jamais. »

17h00 : La parole maintenant à son collègue, Joe Blott

C'est le réprésentant de l'ensemble des supporters de Liverpool. 

16h58 : «Gérald Darmanin est la honte de la France»

Ted Morris conclut: « Le ministre de l'intérieur a humilié les supporters, il est la honte de la France. Il a menti, cela a ajouté à notre douleur. Je vous demande de retirer vos accusations, et vous avez la décence de le faire, j'espère que vous aurez aussi la décence de démissionner. »

16h57 : Quels enseignements?

« Il faut que les autorités acceptent leur responsabilité, sinon les JO ne pourront pas être accueilis à Paris. Sinon, de nombreuses vies seront en danger. Si rien ne change, je déconseille aux personnes en fauteuil de se rendre au Stade de France. »

16h54 : Des attaques après le match

Le chaos a continué après la rencontre, aux abords du stade. « Des habitants nous ont attaqués. C'était terrifiant, et encore plus pour des personnes en fauteuil roulant. On espérait qu'en atteignant la station de métro la police serait là pour nous sauver. Ils nous ont aspergé le visage de gaz. C'était vraiment la pire expérience de notre vie de supporters. On ne pardonnera jamais aux autorités ce qu'elles nous ont fait subir. Elles sont responsables de ce qu'il s'est passé ce soir-là. »

16h52 : «Traités comme des animaux»

Ces témoignages font froid dans le dos, franchement. Ted Morris assure qu'ils en ont reçu près de 9.000. « C'est une honte pour les autorités (françaises). Les suporters handicapés ont été traités comme des animaux. Ils auraient dû assurer notre sécurité. »

16h48 : Aucune aide des autorités

Les témoignages s'enchaînent, sur des personnes écrasées contre les grilles, aspergées de gaz lacrymo sans raison... En résumé, les supporters ont été complètement livrés à eux-mêmes. Personne n'est venu les aider, ils s'en sont sortis uniquement grâce à leur calme et à leur solidarité. Ils sont très nombreux à être rentrés chez eux traumatisés, surtout les plus jeunes. Certains ont eu peur de mourir. 

16h46 : Quelques témoignages

« Aucune autorité n'a pu nous venir en aide. Tout cela est extrêmement triste. » Ted Morris livre ensuite quelques témoignages d'autres supporters handicapés:

Un jeune de 14 ans > il faisait patiemment la queue quand il a été touché par des gazs lacrymo. Il a eu peur, a pensé que cela avait un rapport avec ce qu'il se passait en Russie. Il a été traumatisé. 

Un autre > Un jeune supporter séparé de son père, qui ne pouvait passer les grilles. Pendant ce temps-là il se faisait courser par des jeunes locaux. Heureusement pour lui des supporters de Liverpool lui sont venus en aide. 

16h44 : «Pas comme ça qu'on s'attend à être reçu dans un tel endroit»

Ted Morris raconte ensuite comment les conditions n'étaient pas réunies pour recevoir des supporters en situation de handicap. Par exemple, pas de lumière dans les toilettes, il fallait se servir de son téléphone. Bref, rien n'allait dans cette soirée. « Ce n'est pas comme ça qu'on s'attend à être reçu dans un tel endroit. »

16h42 : Difficile accès au stade

« On était accompagné d'un policier de Liverpool; il nous a tout de suite dit qu'il sentait qu'il y allait avoir des problèmes graves. Porte réservée pour nous, les personnes handicapées. Il y a eu des problèmes avec des billets non reconnus, ensuite il y a eu des mouvements de foule, des polliciers sont tombés sur des personnes en fauteuil, la situation était vraiment chaotique. Il était 18h30. »

16h39 : Chaotique dès le départ

« Vers 18h00, nous nous sommes déplacés versle Stade. Quand on est arrivé à la zone de contrôle préliminaire, c'était chaotique, il y avait des contrôleurs jeunes et sans expérience. Des supporters attendaient, alors que des jeunes locaux tentaient de passer pour entrer dans le stade. »

16h38 : La parole tout d'abord à Ted Morris

C'est le président de l'asso des supporters de Liverpool à mobilité réduite. Lui même en fauteuil roulant. Il était présent au Stade de France. 

« Je ne veux plus me rendre à Paris si c'est la manière dont on accueille touristes et visiteurs. Après avoir entendu autant de mensonges par les gens au pouvoir, je suis là pour rendre la parole aux supporters. »

16h34 : «Les supporters anglais n'ont pas été à l'origine de ces incidents»

Le président précise en introduction: « Nos travaux ont déjà mis en évidence de nombreux disfonctionnements. Contrairement à ce qui a été dit par certains, et notamment notre ministre de l'Intérieur, les supporters anglais n'ont pas été à l'origine de ces incidents. Tout le monde est très clair là-dessus.»

16h32 : Ca commence !

Tout le monde est en place au Sénat, avec le président de la commission des lois François-Noël Buffet. 

16h24 : Un supporter madrilène également entendu

Il s'agit d'Emilio Dumas, socio du Real. Lui en revanche s'exprimera en visio. Pour la FSE, on entendra le DG Ronan Evain et l'avocat Pierre Barthélémy. 

16h21 : Messieurs Joe Blott et Ted Morris sont bien là

Ce sont les deux représentants des fans de Liverpool qui vont parler au Sénat dans quelques minutes maintenant. 




16h19 : Les Anglais très remontés contre Darmanin

Ce n'est pas une surprise, on se souvient des mots très forts du député travailliste Ian Byrne, qu'on avait interviewé il y a 15 jours (entretien à retrouver ici). Mon collègue Aymeric est sur place, il a pu discuter avec les deux représentants de supporters de Liverpool qui ont fait le déplacement aujourd'hui, qui ont expliqué qu'ils faisaient toujours des cauchemars de notre ministre de l'Intérieur. Avec tous ces mensonges, quand bien même il y aurait machine arrière et excuses (ce qu’il n’y aura pas), le mal est fait. Ils sont vraiment marqués par ces trois semaines de mensonges et d’accusations contre eux.

16h12 : Une audition qui n'aurait pas dû avoir lieu

Sachez que l'audition des supporters à laquelle on va assister n'était pas prévue par le Sénat. Mais les représentants de la FSE ont insisté et ont fini par avoir gain de cause. Car bien sûr ils ont énormément de choses à dire. D'ailleurs, le Sénat les a bien fait tourner en rond, un jour c’était oui pour l'audition, un jour non... Ce petit cirque a duré jusque vendredi. Et la FSE a dû trouver un traducteur pour les Anglais elle-même... 

15h10 : Bienvenue dans ce live

Après les responsables de l'UEFA dans la matinée, des représentants des supporters de Liverpool, du Real Madrid et de l'association Football supporters Europe (FSE) doivent être entendus ce mardi après-midi au Sénat, dans le cadre de la commission d'enquête sur le fiasco du Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, le 28 mai. Il va sans dire que les fans qui s'étaient déplacés à Saint-Denis ce jour-là, notamment côté anglais, ont beaucoup de choses à dire. Et des questions à faire remonter, tant l'organisation avait été défaillante.

>> On se donne rendez-vous à partir de 16h30 pour suivre ces débats qui s'annoncent très instructifs en direct...