Mondial de handball: Apprenez les gestes qui sauvent... Micka Guigou vous explique comment mater un gardien sur penalty

HANDBALL Les Experts nous racontent leurs petits «trucs» sur des gestes techniques particuliers...

Nicolas Camus

— 

Mickaël Guigou, le spécialiste penalties de l'équipe de France de handball.
Mickaël Guigou, le spécialiste penalties de l'équipe de France de handball. — ISA HARSIN/SIPA

C’est beau, le hand. La majestuosité d’un tir à 9 mètres qui nettoie la lulu, le délice d’une roucoulette qui contourne le gardien, l’ingéniosité d’un kung fu qui retourne la défense… C’est magnifique, mais en vrai, ce n’est pas ça l’important. Le hand, c’est aussi et surtout le combat, le défi psychologique, la ruse. Pour rendre hommage à ce qui fait l’essence de ce sport, 20 Minutes a convoqué les Experts pour qu’ils nous expliquent leurs petits « trucs », pas toujours réalisés avec la plus pure innocence. A montrer dans toutes les écoles de hand.

Aujourd’hui, « comment rentrer dans la tête du gardien sur un pénalty », par Michaël Guigou

>> A lire aussi: Sorhaindo vous explique le coup de cul pour prendre position devant la zone

Un moment particulier

« Pour la confiance du gardien comme du tireur, c’est un moment très important. Si un gardien n’est pas entré dans son match et arrête un penalty à la 6e-7e minute, ça va le remettre dedans. Alors tu as une forte responsabilité. Il y en a eu plein des comme ça. Je pense à la finale contre le Danemark [à l’Euro 2014], on avait pris le dessus dès le début. Landin n’était pas bien entré dans son match. J’ai un penalty vers la 10e minute [à la 8e, à 6-2 pour la France]. Tu sais que celui-là, il ne faut pas le rater parce qu’il peut tout changer. Il y a des tirs comme ça qui sont plus importants que d’autres. Et notamment dans les 10 premières minutes, c’est crucial ».

Les secondes juste avant d’y aller

« C’est un moment particulier parce que c’est un moment de pause alors tout se passe dans l’action le reste du temps. C’est un moment arrêté où tout le monde regarde, un moment arrêté dans un sport qui va très vite. Tu essayes de reprendre ton souffle et ton énergie, il y a la fatigue, la colle sur le ballon, des tas de choses qui sont différentes et qui n’appartiennent qu’au match. Et puis après il y a le mental qui joue une très grande parti. Un penalty, c’est un combat psychologique. Si c’est un gardien comme Landin, contre lequel tu as un passé, il y a énormément de choses qui se passent. Tu penses aussi à comment tu les as tirés tout au long de la compétition, à ce que tu as vu d’eux, et tu sais qu’ils bossent eux aussi la vidéo et qu’ils ont regardé ce que tu avais fait. En fait, l’idéal à cet instant, c’est de ne pas partir avec une idée fixe de ce que tu vas faire ».

kamehameha is coming.
kamehameha is coming. - REAU ALEXIS/SIPA

Une fois sur la ligne

« Il peut y avoir un jeu de regard avec le gardien, mais si tu fais un chabala pour humilier le gardien adverse, pour moi, c’est que t’as la bonne démarche. Si tu fais chabala, c’est parce que tu dois le faire. Forcément quand tu mets une roucoulette… mais bon, il faut avant tout que ce soit le geste technique le plus adapté. L’idéal, c’est de fixer, d’attendre, de voir ce que fait le gardien et d’ajuster correctement ce que tu vas faire. Des fois, tu veux faire quelque chose de particulier, mais tu ne vas pas trouver les réponses que tu cherchais dans son attitude, ça va t’induire en erreur et tu vas te louper. En fait il faut y aller relâcher, tenter, être joueur ».