20 Minutes : Actualités et infos en direct
Ligue des nations féminineL’Ecosse tentée de s’incliner contre le rival anglais pour rêver des JO ?

Football féminin : L’Ecosse tentée de s’incliner contre le rival anglais pour postuler aux JO de Paris 2024 ?

Ligue des nations féminineSeul un large succès des vice-championnes du monde, ce mardi (20h45) en Ecosse, leur permettra de rester dans la course aux JO de Paris 2024. Certaines joueuses écossaises pourraient justement faire partie de la sélection olympique de Grande-Bretagne
Prétendante aux JO de Paris 2024 avec la Grande-Bretagne, l'Ecossaise Kirsty Hanson (à droite) pourrait-elle être tentée de ne pas réaliser le match de sa vie contre l'Angleterre de Lucy Bronze (à gauche) ce mardi ?
Prétendante aux JO de Paris 2024 avec la Grande-Bretagne, l'Ecossaise Kirsty Hanson (à droite) pourrait-elle être tentée de ne pas réaliser le match de sa vie contre l'Angleterre de Lucy Bronze (à gauche) ce mardi ? - Colin Poultney/ProSports/Shutter/SIPA / SIPA
Jérémy Laugier

Jérémy Laugier

L'essentiel

  • Championne d'Europe 2022 et vice-championne du monde 2023, l’Angleterre est en danger dans la course à la qualification olympique, qui s’effectue désormais via la Ligue des Nations.
  • Les Lionesses auront besoin de remporter leur dernier match de groupe sur un score fleuve, ce mardi (20h45) à Glasgow, pour participer au Final Four de la compétition en février, et avoir des chances de figurer aux JO de Paris 2024.
  • Cocasserie du tirage au sort : certaines joueuses de l’Ecosse (4e de la poule et éliminée) pourraient être retenues avec cette sélection olympique de la Grande-Bretagne l’an prochain. A condition de s’incliner lourdement ce mardi donc…

Hymne absolu des derniers grands tournois de football féminin, le Sweet Caroline planera-t-il autour des stades français aux JO de Paris 2024 ? La tendance est clairement négative pour les championnes d'Europe 2022 et finalistes de la Coupe du monde 2023, jusque-là malmenées par les Pays-Bas dans leur groupe de la Ligue des Nations. Avant l’ultime journée de la compétition ce mardi (20h45), Néerlandaises et Anglaises comptent 9 points, mais le goal-average, qui s’annonce décisif, est clairement en défaveur des joueuses de Sarina Wiegman (+1 contre +4). Car petit rappel : hormis l’équipe de France en tant que pays organisateur, aucune nation européenne n’est pour le moment qualifiée pour le tournoi olympique par le biais de ses performances au Mondial.

Même les championnes du monde espagnoles, vainqueures du groupe 4 et d’ores et déjà assurées de faire partie du Final Four de cette nouvelle Ligue des Nations féminine, devront se hisser en finale de l’épreuve en février 2024 pour être certaines d’obtenir l’un des deux tickets qualificatifs pour Paris 2024. Et oui, des gros morceaux européens passeront à la trappe parmi l’Espagne, l’Allemagne, et donc les Pays-Bas et l’Angleterre (la Suède est déjà out). Le tirage au sort et le calendrier sont vraiment taquins avec les Lionesses cette année puisque celles-ci peuvent être éliminées ce mardi par l’Ecosse. Or ce voisin, habituel rival historique des Anglaises, a un statut particulier lorsqu’une Olympiade approche, contrairement aux compétitions UEFA et Fifa : ses joueuses peuvent en effet être intégrées à l’équipe de Grande-Bretagne, tout comme les Galloises et les Nord-Irlandaises.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Une grande rivalité historique entre l’Ecosse et l’Angleterre »

Quatrièmes de ce groupe 1 (avec 2 points), les Ecossaises ont bien tenu leur rang d'« alliées olympiques » en obtenant deux matchs nuls (1-1) contre la Belgique (3e avec 8 points), qui serait en tête de la poule à la surprise générale sans ces contre-performances. Il y aura un parfum très particulier dans le mythique Hampden Park de Glasgow ce mardi soir, quand on sait qu’une pluie de buts en faveur de l’Angleterre l’enverrait certainement au Final Four. Avant pourquoi pas de permettre à quelques joueuses écossaises de rejoindre le groupe de Sarina Wiegman pour les JO de Paris 2024 ? « Tout va être un peu bizarre à Hampden mardi », résume ainsi la BBC.

« Ce sera la première fois qu’il y aura une telle configuration de match entre l’Angleterre et l’Ecosse, mais c’est surtout hors de Grande-Bretagne que ce scénario d’une large défaite volontaire des Ecossaises est évoqué, explique Richard Laverty, journaliste freelance anglais spécialisé dans la couverture du football féminin. Il existe une grande rivalité historique entre l’Ecosse et l’Angleterre et personne ici ne s’attend à ce que l’Ecosse permette à l’Angleterre ne serait-ce que de remporter ce match. »

Ici à l'œuvre lors du match aller à Wembley, l'attaquante écossaise du Real Madrid Caroline Weir ne pourra pas tenir sa place à Hampden Park ce mardi, en raison d'une grave blessure au genou.
Ici à l'œuvre lors du match aller à Wembley, l'attaquante écossaise du Real Madrid Caroline Weir ne pourra pas tenir sa place à Hampden Park ce mardi, en raison d'une grave blessure au genou.  - Colin Poultney/ProSports/Shutter/SIPA

Trois Ecossaises retenues lors des deux JO de la Grande-Bretagne

Il convient d’observer que sur les deux seules participations de la Grande-Bretagne aux JO en football féminin jusque-là, il y a respectivement eu 16 Anglaises sur 18 à Londres en 2012 puis 15 sur 18 à Tokyo en 2021. Les exceptions : les Ecossaises Kim Little (présente sur ces deux campagnes), Ifeoma Dieke (en 2012), Caroline Weir (en 2021), ainsi que la Galloise Sophie Ingle. « Il faut voir que les meilleures candidates potentielles à la sélection britannique, côté écossais, ne joueront sans doute pas mardi, précise Richard Laverty. Caroline Weir souffre d’une grave blessure au genou et même Erin Cuthbert est incertaine. » La milieu de Chelsea, buteuse vendredi en Belgique, est sans doute celle qui aurait le plus de chances d’intégrer la sélection britannique.

« En fait, l’Ecosse et le Pays de Galles comptent plusieurs très bonnes joueuses mais sur les postes offensifs type Kirsty Hanson (Aston Villa) et Martha Thomas (Tottenham), il y a déjà beaucoup de profondeur d’effectif dans les rangs anglais, note Richard Laverty. Sarina Wiegman donnerait probablement la priorité aux joueuses qu’elle connaît le mieux, avec qui elle travaille. » La coach des Lionesses se sait miraculée après la remontada vendredi contre les Pays-Bas à Wembley, de 0-2 à la mi-temps à 3-2 grâce à un ultime but d’Ella Toone dans le temps additionnel (90e+1).

« C’est absolument scandaleux de remettre en question notre intégrité »

Le genre de scénario épique, combiné au nul inattendu de l’Ecosse en Belgique (1-1), qui vous fait croire à votre bonne étoile en vue de la qualif. « Nous ne pouvons pas contrôler ce que les Pays-Bas feront contre la Belgique, mais nous ferons de notre mieux pour obtenir une bonne victoire et on verra ce qui se passe », résume la sélectionneuse… néerlandaise de l’Angleterre (ça ajoute une histoire à l’histoire). On vous déconseille en tout cas d’interroger les joueuses écossaises sur leur possible démobilisation, afin de favoriser une qualif anglaise au Final Four de la Ligue des Nations.

NOTRE DOSSIER SUR LE FOOTBALL FEMININ

Des confrères ont bien essayé à leurs dépens. La version sobre est pour la joueuse de Glasgow City Hayley Lauder : « Le match de mardi compte beaucoup pour nous ». Sa capitaine Rachel Corsie (Aston Villa) avait moins le goût aux insinuations médiatiques : « C’est tellement irrespectueux. C’est absolument scandaleux de remettre en question l’intégrité de qui que ce soit, et c’est une énorme insulte pour nous ». Rendez-vous à 22h40 pour s’assurer que le DJ d’Hampden Park n’a pas prévu un Sweet Caroline de communion britannique après un récital anglais avec huit buts à la clé.

Sujets liés