20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLHenry, Coman, Konaté… Le sujet de la santé mentale s’invite à Clairefontaine

Equipe de France : Henry, Coman, Konaté… Le sujet de la santé mentale s’invite à Clairefontaine

FOOTBALLAprès la tentative de suicide du Niçois Alexis Beka Beka, le 29 septembre dernier, les Bleus ont évoqué la santé mentale des sportifs et sportives de haut niveau, invitant chaque athlète à en parler avant que le problème ne s’aggrave
France's defender Ibrahima Konate gives a press conference in Clairefontaine-en-Yvelines on October 11, 2023 as part of the team's preparation for upcoming UEFA Euro 2024 football tournament qualifying matches. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)
France's defender Ibrahima Konate gives a press conference in Clairefontaine-en-Yvelines on October 11, 2023 as part of the team's preparation for upcoming UEFA Euro 2024 football tournament qualifying matches. (Photo by FRANCK FIFE / AFP) - AFP / AFP
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

Le thème de la santé mentale s’est invité cette semaine du côté de Clairefontaine, une dizaine de jours après la tentative de suicide du Niçois Alexis Beka Beka, en plein milieu du viaduc de Magnan à environ 10 kilomètres du siège des Aiglons, alors qu’il se dirigeait à l’entraînement. Mardi, Thierry Henry avait déjà été interrogé sur le sujet et avait évoqué un sujet « vraiment important ».

« Quand on a vu ces images sur le pont, on s’est tous penchés sur nos problèmes à nous. Moi, ça m’a fait réfléchir sur mes problèmes. J’en ai comme tout le monde, on les cache, on les masque. On essaye de faire des choses pour ne pas y penser. De temps en temps, il y a des personnes qui arrivent à bout, a déclaré le sélectionneur des Bleuts. Ça ne s’est pas produit, mais c’est dommage qu’on arrive à ça pour réaliser. Maintenant, il faut qu’il y ait des ouvertures, des portes, des compréhensions pour que les gens puissent s’exprimer sans avoir peur ou honte. »

Mercredi, ce sont Ibrahima Konaté et Kingsley Coman qui ont été lancés sur le sujet à l’occasion du dernier point presse de la semaine à Clairefontaine avant le déplacement, vendredi, aux Pays-Bas pour le dernier match de qualif à l’Euro 2024. « J’ai bien aimé ce moment où M. Thierry Henry a parlé de la santé mentale des joueurs parce que c’est un sujet très important, on ne le souligne pas assez », a déclaré en préambule le défenseur central de Liverpool. Pour lui, les médias ont une part de responsabilité : « Vous, les journalistes, avez un métier qui est de poser des questions, de critiquer les joueurs, et ça aussi ça joue sur la santé mentale des joueurs. Ce sont des aspects qui sont très difficiles à avaler pour certains joueurs à la fin des matchs, ils regardent les critiques et ils se font insulter. »

Les athlètes français sortent du bois sur le sujet de la santé mentale

Le natif de Paris s’estime pour sa part chanceux d’être bien entouré et protégé de cela son entourage proche et sa famille, il n’en oublie pas pour autant que ce n’est pas le cas de tout le monde dans ce milieu. « Je pense que c’est plus facile de s’exprimer aujourd’hui, mais il y a des joueurs qui ont peu d’amis, pas de famille ou qui sont timides, il faut se poser la question de comment ils font pour parler, a-t-il pointé du doigt. Il faut tous se poser la question au quotidien quand un joueur ne va pas bien, essayer d’aller vers lui, et en parlant avec lui en étant sincère, je pense qu’il peut s’ouvrir ».

Peu réputé pour ses envolées lyriques et ses longues tirades, Kingsley Coman a salué de son côté l’effort des clubs qui, après des années à détourner les yeux sur les problèmes psychologiques de leurs joueurs, semblent enfin bouger sur le sujet. « C’est très important, on est dans un métier où il y a énormément de stress, il faut s’en protéger et pouvoir en parler, c’est quelque chose qui aide. Chaque joueur a ses techniques, mais c’est bien que les clubs mettent des choses en place pour qu’on soit encadrés », a-t-il expliqué.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La libération de la parole des sportifs et sportives de haut niveau ces dernières années, à l’image des stars Simone Biles, Michael Phelps ou Naomi Osaka, a enfin permis de briser le tabou de la santé mentale des athlètes. En France aussi, récemment, certains ont accepté de livrer leur histoire dans le documentaire Prime Vidéo « Strong, aussi forts que fragiles » afin de montrer que le sujet ne doit plus être mis sous le tapis. Et Thierry Henry de conclure : « Je n’ai pas toutes les réponses, mais c’est vrai qu’on vit dans un monde où c’est beaucoup plus facile de s’exprimer parce que c’est un peu plus accepté. Maintenant, est-ce qu’il y a de l’empathie, de la compassion ? Pas toujours, et ça peut aider à rendre quelqu’un beaucoup plus vulnérable. »


Sujets liés