20 Minutes : Actualités et infos en direct
VARVogo, reine du replay dans les stades et grand espoir de l’arbitrage vidéo

La start-up Vogo, reine du replay dans les stades et grand espoir de l’arbitrage vidéo

VARL’entreprise montpelliéraine a obtenu une précieuse certification de la FIFA, pour que ses solutions d’arbitrage vidéo puissent être déployées sur tous les stades de foot du monde
Le dispositif d'arbitrage vidéo de Vogo, déployé lors d'un match de handball, à Montpellier.
Le dispositif d'arbitrage vidéo de Vogo, déployé lors d'un match de handball, à Montpellier. - Vogo / Vogo
Nicolas Bonzom

Nicolas Bonzom

L'essentiel

  • La start-up montpelliéraine Vogo, créée en 2013, a obtenu une précieuse certification de la FIFA, qui lui permet désormais de déployer ses solutions ingénieuses d’arbitrage vidéo sur les stades de football du monde entier.
  • Cette entreprise avait d’abord développé un étonnant dispositif qui permettait aux spectateurs des matchs de revoir sur leurs téléphones les performances des athlètes, selon différents angles, via une application accessible sur un mobile.
  • Mais désormais, ce dispositif a été pensé pour les médecins, les coachs et surtout, les arbitres, dans le football, le handball ou le rugby.

Et si Vogo s’imposait comme un acteur incontournable de la VAR (« Video Assistant Referees », l’assistance vidéo à l’arbitrage) ? Cette start-up prometteuse, créée à Montpellier (Hérault) en 2013, a décroché une précieuse certification de la FIFA, qui l’autorise à déployer dans tous les stades de football du monde les solutions d’arbitrage vidéo innovantes qu’elle a mises au point. Pourtant, il y a dix ans, quand Vogo est né, il n’était pas encore question de donner un coup de pouce aux arbitres dans leurs décisions.

Cette petite entreprise (qui a, depuis, bien grandi) avait développé un étonnant dispositif qui permettait aux spectateurs des matchs de football, de rugby, de basket et même de compétitions de gymnastiques de revoir sur leurs téléphones les performances des athlètes, selon différents angles, via une application mobile. Via les flux des diffuseurs (ou, parfois, avec les propres caméras de Vogo), on peut faire pause, zoomer, accélérer, ralentir… Comme si on était le réalisateur de la rencontre. Un doute sur une faute ? Un but ? Un hors-jeu ? On peut revoir n’importe quelle action, à n’importe quel moment.

« Jusqu’alors, les médecins n’avaient que les yeux, au bord du terrain »

Mais rapidement, l’équipe de Vogo s’est rendu compte que cette ingénieuse idée pourrait, aussi, rendre service autrement. C’est en 2017, au GGL Stadium, le chaudron du MHR, le club de rugby de Montpellier, que l’avenir de l’entreprise s’est joué. « Nous avons échangé avec le responsable médical de la Ligue nationale de rugby, qui nous a expliqué que World Rugby [la FIFA du rugby] imposait désormais des systèmes d’assistance vidéo, pour les médecins, pour les aider à diagnostiquer les risques de commotion cérébrale, explique à 20 Minutes Barbara Desmarest-Moser, la directrice marketing et des solutions pour les fans de Vogo. Ils se sont dit que s’ils avaient la possibilité d’utiliser notre interface, sur une tablette, avec quelques fonctionnalités supplémentaires, ce serait génial. Car jusqu’alors, les médecins n’avaient que leurs yeux, au bord du terrain. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton« J’accepte pour aujourd’hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Rapidement, l’entreprise développe une application, et remporte l’appel d’offres de la LNR, pour assurer une assistance vidéo simple, mais efficace, aux médecins du Top 14 et de Pro D2. Dès lors, tout s’est emballé pour Vogo. Les staffs des équipes, qui définissent les tactiques à mettre en place, au bord du terrain, ont voulu, eux aussi, jeter un œil sur ce dispositif dont tout le monde parle. La VAR, pour les arbitres, c’était la suite logique : la FIFA, à l’époque, réfléchissait à la possibilité de proposer une « VAR light », c’est-à-dire une assistance vidéo simple, intuitive, et qui ne nécessite pas un barnum pas possible. Vogo, quoi. Dès 2019, l’entreprise montre à la prestigieuse fédération ce qu’elle sait faire, sur des matchs, dans plusieurs pays, notamment Jordanie.

Une interface très simple à utiliser, le point fort de Vogo

Quatre ans plus tard, la FIFA, conquise, a donné son feu vert pour que les solutions d’arbitrage de Vogo soient mises en place dans les compétitions de football, partout sur la planète. Bien sûr, il faudra, pour la start-up héraultaise, remporter des appels d’offres. Et il y a d’autres prestataires, sur ce nouveau marché. Mais Vogo se bat, pour sortir de la mêlée. D’abord parce que l’entreprise propose, aussi, en plus de la vidéo, des canaux audio, pour capter, notamment, les discussions entre les arbitres. Mais surtout parce que l’interface créée par l’équipe montpelliéraine est très, très simple à prendre en mains.

La solution vidéo de Vogo, déployé lors d'un match de water-polo.
La solution vidéo de Vogo, déployé lors d'un match de water-polo. - Vogo

« C’est un outil super ergonomique, il n’y a pas besoin de technicien, confie Barbara Desmarest-Moser. Notre force, c’est d’être parti d’une solution pour les fans. Nous avions, forcément, besoin de créer quelque chose qui soit très simple. Ainsi, les médecins, les coachs ou les arbitres peuvent aussi s’approprier notre disposition en quelques minutes. »

« Pas besoin de trois jours de formation », en quelques minutes, c’est bon

La directrice Marketing de Vogo se souvient d’ailleurs, il y a peu, d’avoir formé des arbitres de deux matchs de handball en quelques minutes. Car depuis la rentrée, l’entreprise a été choisie pour assurer la VAR dans les rencontres de Ligue des champions de handball.

NOTRE DOSSIER SUR L'ARBITRAGE VIDEO

« Dix minutes avant le début des rencontres, j’ai expliqué aux arbitres comment choisir les angles de vue, comment revenir en arrière, etc., assure-t-elle. Il n’y a pas besoin qu’ils aient trois jours de formation, ou d’avoir un technicien à leurs côtés. Et dans certains sports où il n’y a forcément les moyens qu’il peut y avoir dans le football, par exemple, c’est important que soient mises en place des solutions professionnelles, sans que les coûts soient rébarbatifs. » Football, rugby, handball mais aussi water-polo, natation ou hockey sur glace, Vogo pousse, petit à petit, le ballon dans l’en-but.

Sujets liés