20 Minutes : Actualités et infos en direct
CYCLISMELe Tour de France Femmes a-t-il basculé pour une pénalité ?

Tour de France Femmes : La course a-t-elle basculé à cause d’une histoire de pénalité ?

CYCLISMEEn sanctionnant Demi Vollering de 20 secondes pour s’être protégée derrière la voiture de son directeur sportif, les organisateurs du Tour ont rebattu les cartes à trois étapes de la fin
Demi Vollering a pris vingt secondes de pénalité jeudi.
Demi Vollering a pris vingt secondes de pénalité jeudi.  - Tom Goyvaerts / Belga / AFP / AFP
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

C’est une sanction qui risque de picoter à l’arrivée. Favorite de ce Tour de France 2023 avec van Vleuten, Demi Vollering a pris vingt secondes de pénalité dans la vue, jeudi, après s’être abritée trop longtemps - au goût des organisateurs de la course - derrière la voiture de son directeur sportif après avoir crevé. Au général, l’addition, ou plutôt la soustraction, est salée. Vollering tombe de la deuxième à la septième place et se retrouve surtout derrière Annemiek van Vleuten, à 12 secondes, le tout à trois étapes de la fin.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Je ne pense pas avoir fait quelque chose de mal. C’est très spécial », a déclaré la leadeuse de l’équipe néerlandaise SD Worx - Protime après la course. De son côté, Danny Stam, le directeur sportif, fustigeait le « ridicule » de cette sanction. « J’ai ramené Demi et, conformément au règlement, je me suis mis derrière elle quand l’arbitre est venu me le demander, ce qui était clairement visible. Avant cela, rien ne m’avait été rapporté. Alors 20 secondes, c’est une pénalité très lourde quand on se bat à coups de secondes », a-t-il poursuivi devant la presse après la course, dans des propos rapportés par RMC.

Des secondes qui vont compter

« J’espère que dimanche, ils (les juges) pourront se regarder dans la glace avec un visage satisfait et qu’ils ne se diront pas : "on a foutu le Tour en l’air pour quelques secondes" », a conclu celui-ci, dégoûté. La maillot jaune Lotte Kopecky a elle aussi pris la défense de sa coéquipière : « Cette sanction est trop sévère. Demi s’est abritée après avoir été victime d’une crevaison et non pas parce qu’elle était en difficulté ». Deuxième du Tour l’an passé, victorieuse de jolies classiques (Amstel, Liège, Strade Bianche, Flèche wallonne) au printemps, Demi Vollering n’a pas encore perdu le Tour, il faudra juste en mettre encore un peu plus sur la pédale.

Sujets liés