FFF : Lancement d’une enquête interne après la plainte pour viol de l’ex-arbitre Nicolas Pottier

football Aujourd’hui coordinateur fédéral de l’arbitrage amateur, il révèle dans le magazine « So Foot » avoir été victime d’un viol et témoin de nombreuses dérives dans le monde de l’arbitrage français

N.C. avec AFP
— 
Un ex-arbitre français témoigne dans le magazine « So Foot » des magouilles du milieu et révèle qu'il a été violé en 2009 car il dérangeait.
Un ex-arbitre français témoigne dans le magazine « So Foot » des magouilles du milieu et révèle qu'il a été violé en 2009 car il dérangeait. — AFP

La Fédération française de football a annoncé jeudi le lancement d’une enquête interne après les accusations de « harcèlement moral et sexuel » émises par un ex-arbitre, actuellement coordinateur fédéral de l’arbitrage amateur. Dans le magazine So Foot, l’ancien arbitre Nicolas Pottier, président du district de Mayenne et en charge pour la FFF de l’arbitrage amateur, charge jeudi le système de l’arbitrage dans le football français, entre copinage, « discrimination positive » et tabous sur l’homosexualité.

Il annonce dans le magazine avoir porté plainte le 14 février pour « harcèlement sexuel et moral dans le cadre privé et professionnel », et également pour « viol contre X » pour des faits remontant à mai 2009, après un match qu’il avait arbitré à Grenoble.

Auditionné en février

« La FFF diligente immédiatement en qualité d’employeur une enquête interne confiée à un cabinet extérieur spécialisé, Alcens », a annoncé la Fédération dans un communiqué, ajoutant qu’elle se constituerait partie civile dans le cadre de la procédure judiciaire à la suite de la plainte pour viol.

Dans un communiqué, le ministère des Sports a « salué » cette décision de la FFF et précisé que Nicolas Pottier avait été auditionné en février par la mission d’audit de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR), qui lui avait « conseillé » de déposer plainte. A la suite de ce rapport, la mission d’audit avait transmis, le 17 février, un signalement au parquet.


Un autre signalement a été fait jeudi auprès du procureur de la République par la FFF concernant d’autres faits évoqués par l’article de So Foot : le comportement de Daniel Galletti, ancien président de la Commission des arbitres de la Ligue de Paris Ile-de-France, accusé d’avoir « proposé des notes avantageuses à des jeunes arbitres, parfois mineurs, en échanges de faveurs sexuelles », selon le magazine mensuel.

La Fédération a également annoncé la désignation prochaine « d’une personnalité qualifiée et indépendante pour conduire une mission d’analyse […] de la politique fédérale de l’arbitrage, afin d’en renforcer, le cas échéant, l’efficacité ».

« Machination »

Dans So Foot, Nicolas Pottier (43 ans) affirme notamment avoir payé professionnellement le fait d’assumer son homosexualité, ce qui a selon lui « représenté un problème dans le milieu ». Il se dit « victime d’une machination » ayant freiné sa carrière, alors qu’il avait officié dès l’âge de 29 ans en première division, et épingle un « système opaque, pervers et dépassé ».

La Fédération a fait l’objet ces derniers mois d’un rapport d’audit diligenté par le ministère des Sports, qui a notamment considéré que la politique fédérale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles « manqu[ait] d’efficacité et d’efficience ». Rattrapé par les polémiques et les accusations de harcèlement moral et sexuel, l’ancien président de l’instance Noël Le Graët a démissionné fin février, remplacé par intérim par son vice-président Philippe Diallo.