Mercato OL : « La probité du club est plus importante », lance Ponsot pour justifier le transfert manqué de Malacia

FOOTBALL En marge de la présentation de Corentin Tolisso, le directeur du football de l’Olympique Lyonnais est revenu ce vendredi sur l’échec des négociations avec le latéral gauche du Feyenoord Tyrell Malacia

Jérémy Laugier
— 
Le latéral gauche du Feyenoord Tyrell Malacia, ici le 8 juin, lors d'un match de la Ligue des nations entre les Pays-Bas et le pays de Galles.
Le latéral gauche du Feyenoord Tyrell Malacia, ici le 8 juin, lors d'un match de la Ligue des nations entre les Pays-Bas et le pays de Galles. — Kieran McManus//SIPA
  • Depuis le départ d’Emerson, de retour de prêt à Chelsea, l’Olympique Lyonnais se cherche un latéral gauche.
  • Le club rhodanien pensait l’avoir trouvé en la personne du prometteur joueur du Feyenoord Rotterdam, Tyrell Malacia (22 ans).
  • A priori doublé par Manchester United dans ces négociations de mercato, l’OL a surtout eu affaire à des interlocuteurs guère recommandables autour de l’international néerlandais, à en croire Vincent Ponsot ce vendredi.

Corentin Tolisso a eu beau être officialisé comme prévu, ce vendredi devant la presse, de nombreux supporteurs lyonnais gardent en travers de la gorge la non-signature du prometteur latéral gauche du Feyenoord Rotterdam Tyrell Malacia (22 ans). Priorité de Peter Bosz pour ce poste laissé vacant par le départ d’Emerson, le jeune international néerlandais était très proche de l’OL en début de semaine, avant que Manchester United n’entre dans la danse pour doubler Lyon dans les négociations.

« C’est vrai qu’on n’a pas abouti sur Malacia, constate Jean-Michel Aulas. J’ai vu que celui qui avait fait des propositions complémentaires [Man-U donc] avait les mêmes difficultés que nous pour arriver à conclure. Ça veut dire que ce n’était peut-être pas un dossier aussi facile à réaliser que ça. » On pensait se contenter de cette explication énigmatique du président lyonnais.

« On ne mettra jamais en danger l’institution pour un joueur »

Mais son directeur du football Vincent Ponsot, personnellement pointé du doigt par les supporteurs après les échecs de précédents dossiers de mercato comme André Onana et Sardar Azmoun, a embrayé de manière pour le moins tranchante.

Ce n’est pas une question de moyens financiers. Je vais être très clair : l’institution est toujours plus forte que n’importe quel joueur. Dans le milieu du foot, on a parfois des demandes qu’on ne fait pas car on ne mettra jamais en danger l’institution pour un joueur. Je pense que le président est content de dormir sereinement le soir et de ne pas voir débarquer la police le matin. Je ne peux pas tout dire mais les demandes qu’on a de montants de commission… de les payer…, on ne fait pas. Donc c’est vrai que parfois, ça fait capoter des deals. Pour nous, c’est clos parce que la probité du club est plus importante que n’importe quoi. »

Ça ressemble effectivement à un dossier clos à double tour, après une telle sortie publique à la sulfateuse contre l’entourage de Tyrell Malacia. On reconnaît être désormais curieux de découvrir le nouveau club du défenseur néerlandais, ainsi que la tournure de sa carrière. En attendant, ne comptez pas sur Jean-Michel Aulas pour sombrer dans le pessimisme après un tel accroc. Revigoré par l’aboutissement d’un deal autrement plus crucial avec John Textor, JMA lance ainsi : « On va du coup se positionner sur la dimension au-dessus pour essayer d’avoir la meilleure équipe possible ». On a hâte de découvrir l’identité de l’heureux élu.