Girondins de Bordeaux : Petkovic débarqué après la nouvelle gifle reçue à Reims

FOOTBALL L’entraîneur suisse des Marine et Blanc a été mis à pied par la direction du club ce lundi matin

Clément Carpentier
— 
Vladimir Petkovic, l'entraîneur des Girondins.
Vladimir Petkovic, l'entraîneur des Girondins. — Romain Perrocheau / AFP

Il ne manque plus que l’officialisation des Girondins de Bordeaux. Mais ce lundi,  Vladimir Petkovic a bien été mis à pied par sa direction après la nouvelle correction reçue à Reims (5-0) dimanche, comme le révèle Sud Ouest. L’ancien sélectionneur de la Nati l’a indiqué lui-même à son staff dans la matinée. Il va quitter le club avec son adjoint, Antonio Manicone, dans les prochains jours.

D’ici là, les Girondins de Bordeaux et le Suisse devront trouver un accord financier. Et ça s’annonce coton : « Juridiquement, il va nous faire aucun cadeau. On est encore loin d’un accord pour l’instant mais bon, ça peut aller très vite », explique un proche de Gérard Lopez, le propriétaire et président des Marine et Blanc. Selon les informations de 20 Minutes, Vladimir Petkovic avait signé un contrat de trois ans pour un salaire annuel de 1,8 million d’euros (150.000 euros par mois). Son licenciement pourrait donc coûter près de 4,5 millions d’euros à Bordeaux.

La direction veut un coach francophone et avant Lens

En attendant, Jaroslav Plasil (adjoint et ancien joueur du club) et André Monteiro (responsable de la performance) vont diriger les entraînements. L’objectif de la direction est de trouver un nouveau coach d’ici au match de Lens le week-end prochain. L’un des critères retenus est que l’élu soit francophone.

En interne, certains poussent pour Rudi Garcia. S’il est souvent critiqué, l’ancien entraîneur de l’OM et l’OL a en revanche le profil pour mener une mission commando et surtout stopper l’hémorragie sur le plan défensif (58 buts encaissés en 23 matchs de Ligue 1). Laurent Battles est aussi un profil qui intéresse mais ce lundi midi, il n’y avait pas de contacts avec l’ex-coach de l’Estac. Le nom du Portugais, Joao Sacramento est également revenu sur le devant de la scène. Pour rappel, celui qui a très bien connu Gérard Lopez et son directeur technique, Admar Lopes, était le choix numéro 1 l’été dernier mais à l’époque, il était encore sous contrat avec l’AS Roma. Depuis, il est libre. L’interrogation à son sujet est surtout de savoir s’il est capable de mener une mission maintien.