L’ASSE est prête à poursuivre un prince cambodgien pour tentative d’escroquerie, la vente du club repoussée ?

FOOTBALL Le prince cambodgien Norodom Ravichak aurait fourni un faux document de garantie financière de 100 millions d’euros. La vente du club stéphanois pourrait ne pas se faire d’ici la fin d’année 2021

Jérémy Laugier
— 
L'ambiance dans le stade Geoffroy-Guichard, ici avant le match ASSE-Losc le 21 août dernier.
L'ambiance dans le stade Geoffroy-Guichard, ici avant le match ASSE-Losc le 21 août dernier. — OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
  • Le prince cambodgien Norodom Ravichak était, depuis le 21 septembre, le seul candidat ayant officiellement déclaré vouloir racheter l’ASSE.
  • Il s’avère que le club stéphanois va déposer plainte contre celui-ci pour « usage de faux » et « tentative d’escroquerie », comme il l’indique dans un communiqué transmis lundi.
  • D’après L’Equipe, Roland Romeyer et surtout Bernard Caïazzo envisageraient de repousser la vente du club en 2022, faute d’offre à la hauteur de leurs attentes.

« J’ai des partenaires solides et je souhaite m’investir à long terme à l’AS Saint-Etienne. » Le 21 septembre, le prince cambodgien Norodom Ravichak (47 ans) s’était déclaré candidat au rachat du club stéphanois, via une interview accordée au site RFI. Mais lundi, jour de remise des candidatures de reprise du club, son dossier a entraîné un dépôt de plainte de l'ASSE pour « usage de faux » et « tentative d’escroquerie » car l’intéressé aurait fourni un document financier frauduleux.

L’ASSE, qui a ouvert un processus de cession en avril dernier, confié au cabinet KPMG, a ainsi diffusé un communiqué lundi soir : « Norodom Ravichak et son conseil Me Carlos Bejarano ont fourni un document de garantie financière de 100 millions d’euros émanant d’une grande banque internationale, qui se révèle être un faux ».

Au moins deux offres reçues seraient crédibles

« Les actionnaires ont donc interrogé leurs avocats sur les conséquences juridiques et judiciaires consécutives à la production de ces faux documents en vue d’être autorisé à participer au processus de cession, poursuit l’ASSE. Au vu de leurs conclusions, il a été résolu de déposer une plainte entre les mains du procureur de la République de Paris pour des faits de faux, usage de faux et tentative d’escroquerie. » Si le communiqué assure que « les actionnaires entendent continuer le processus de vente afin de céder le club à un investisseur représentant tous les gages de sérieux et la surface financière nécessaire pour donner à l’ASSE les moyens de ses légitimes ambitions », L'Equipe explique ce mardi que la vente pourrait être repoussée en 2022.

Malgré des offres jugées crédibles, comme celle d’Olivier Markarian, homme d’affaires de Valence, et celle d’un fonds basé en Suisse (avec des investisseurs canadiens et chinois), qui serait portée par Jean-Michel Roussier et Mathieu Bodmer, Roland Romeyer et surtout Bernard Caïazzo souhaiteraient en effet attendre que la situation sportive (19e en Ligue 1) s’améliore, afin d’augmenter la valeur du club. Reste à savoir si les Verts s’éloigneront de la Ligue 2 d’ici-là.