Mondial 2022 : Les internationaux seront libérés une semaine avant le début de la compétition (il y a zéro vanne)

FOOTBALL Une circulaire envoyée par l’UEFA aux 55 fédérations européennes a indiqué que les joueurs qualifiés pour le Mondial 2022 auront à peine une semaine de préparation avant de débuter la compétition

A.L.G.
— 
Mbappé et les Bleus lors du dernier rassemblement tricolore.
Mbappé et les Bleus lors du dernier rassemblement tricolore. — FRANCK FIFE / AFP

Au début du rassemblement des Bleus lors du dernier Euro, Didier Deschamps n’avait pas manqué de nous rappeler que le nombre de jours alloués à la préparation des grandes compétitions était réduit à peau de chagrin au fil des ans. Dès lors, on imagine aisément la réaction qui a été la sienne à la lecture de l’info de nos confrères de L'Equipe, qui ont dévoilé mardi que les internationaux seront mis à la disposition de leurs sélections respectives une semaine seulement avant leur dernier match de championnat.

Dans une circulaire envoyée par l’UEFA aux 55 fédérations européennes et dont a eu accès L’Equipe, il est précisé que les joueurs pourront rejoindre leur sélection le 14 novembre, pour une Coupe du monde censée débuter le 21… De fait, en cas de qualif des Bleus au Mondial 2022 (pour cela une victoire le 13 novembre prochain face au Kazakhstan suffirait), Didier Deschamps aurait beaucoup de mal à caler un match de prépa avant de s’envoler pour Doha. Restera donc la petite fenêtre de septembre, avec deux rencontres de Ligue des Nations programmées les 22 et 27 septembre 2022.

Un calendrier de dingue et peu de vacances

Comme une sale nouvelle n’arrive jamais seule, dans cette configuration particulière avec un Mondial organisé au beau milieu de la saison, les internationaux auront très peu de temps pour se remettre de leur aventure puisque ceux-ci ne devraient bénéficier, au mieux, que de deux semaines de vacances (une dans le pire des cas). On savait que ce Mondial au Qatar allait représenter un casse-tête pour les instances mondiales, on peut désormais dire sans trop de risque de se tromper qu’il devrait aussi être casse-pattes pour les joueurs, dont la santé ne semble pas être la grande priorité des décideurs du foot…