Equipe de France : Sans surprise, Le Graët annonce que Deschamps continue l’aventure avec les Bleus

FOOTBALL C'était un secret de polichinelle, évidemment que DD aura droit à sa revanche l'an prochain au Qatar

A.L.G.
— 
Le duo DD-NLG va poursuivre l'aventure au moins jusqu'à la Coupe du monde au Qatar.
Le duo DD-NLG va poursuivre l'aventure au moins jusqu'à la Coupe du monde au Qatar. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Le suspense était insoutenable (absolument pas). Un peu plus de deux semaines après la piteuse élimination des Bleus à l’Euro face à la Suisse, le président de la Fédération française de football a officialisé ce que tout le monde savait déjà : à savoir que Didier Deschamps restera en poste au moins jusqu’à la Coupe du monde au Qatar. A en croire Noël Le Graët, qui a accordé une interview fleuve à nos confrères du Figaro, la décision n’a pas été longue à prendre. « Je l’ai reçu longuement mercredi à Guingamp, la question a été réglée en trois minutes », a-t-il déclaré en préambule, ajoutant qu’il n’y avait « pas de cassure ou de fin de cycle » malgré la grosse déception de l’été.

« Sa volonté est très forte de continuer, la mienne l’était aussi. Il n’y a pas eu de débat sur "qu’est-ce qu’on fait ?" et "comment on fait ?" J’ai de l’estime pour lui, je pense qu’il me le rend bien et à la Fédération également. En aucun cas, de par son palmarès en premier lieu, il ne méritait de ne pas continuer. La question pour moi était de savoir s’il voulait ou non poursuivre. Il était décidé, déjà en train de préparer les matchs de la rentrée, de se projeter sur la suite. J’ai une confiance infinie en cet homme. Il n’y a pas de débat », a poursuivi le boss de la 3F.

Benzema et le retour tardif en Bleu

Le Breton a également admis que ni lui ni le sélectionneur n’avaient trouvé de réponse à la question que tout le monde se pose encore aujourd’hui : « Comment a-t-on pu prendre deux buts en dix minutes face aux Suisses ? À 3-1, lui comme vous, comme moi, on pensait avoir gagné », a-t-il confié. Et nous donc… S’il ne s’est pas livré à une longue autocritique pour expliquer les causes d’un tel échec à Bucarest, le président de la Fédé a tout de même admis qu’il aurait peut-être mieux valu intégrer Karim Benzema​ un peu plus tôt, histoire qu’il retrouve ses marques avant le début de la compète. « On a évoqué le sujet ensemble, et on est arrivé à la même conclusion, peut-être qu’il aurait dû faire un ou deux matchs de plus avant. Mais c’est comme ça. »