Bordeaux-Monaco : « Je suis persuadé qu'on va y arriver »... La promesse de Gasset en pleine sinistrose aux Girondins

FOOTBALL Encore battus à domicile, les Marine et Blanc n’ont plus que cinq points d’avance sur la zone rouge

Clément Carpentier

— 

Les Girondins d'Adli s'enfoncent dans la crise.
Les Girondins d'Adli s'enfoncent dans la crise. — THIBAUD MORITZ / AFP
  • Les Girondins de Bordeaux se sont inclinés pour la dixième fois en douze matchs en Ligue 1, cette fois-ci face à Monaco (0-3) ce dimanche.
  • En pleine déroute, Jean-Louis Gasset tente de maintenir le cap et essaie de persuader son monde que le club va s’en sortir.
  • Pour lutter contre « les ondes négatives » autour de l'équipe, il souhaite partir en stage loin de la Gironde avant le match décisif contre Lorient dans une semaine.

« Le calice jusqu’à la lie », voilà ce que vivent actuellement les Girondins de Bordeaux pour leur entraîneur, Jean-Louis Gasset. Difficile en effet de dire autre chose après la nouvelle défaite de son équipe contre Monaco (0-3) ce dimanche au Matmut Atlantique. La dixième lors des douze derniers matchs de Ligue 1. Les Marine et Blanc n’ont plus que cinq points d’avance sur la zone rouge, à cinq journées de la fin de la saison. « Je vis mal ces moments-là, avoue l’ancien adjoint de Laurent Blanc, l’adversaire nous a surclassés aujourd’hui ! Les vents sont contraires et il souffle fort dans notre figure. La malédiction continue ».

C’est vrai qu’il peut commencer à se demander si un chat noir ne se balade pas dans les couloirs du club. Face à l’ASM, Jean-Louis Gasset a eu le droit à la blessure de son capitaine Laurent Koscielny en première mi-temps, au carton rouge contre son jeune milieu de terrain Tom Lacoux puis à la frappe de Nicolas De Préville sur le poteau qui aurait pu redonner de l’espoir à son équipe. Tout cela n’aurait peut-être pas changé le résultat final car il manque beaucoup de choses à ses joueurs, mais tout de même ! En ce moment, noir c’est noir chez les Girondins. Alors, l’entraîneur bordelais se rattache à ce qu’il peut :

Je n’ai pas vu une équipe qui avait lâché, j’ai vu une équipe combative. Elle n’a pas abandonné ! Avec cet état d’esprit, je suis persuadé qu’on va y arriver ! Je ne pense pas que les joueurs sentent le poids de la relégation. Il faut garder son sang-froid. »

Il veut partir loin « des ondes négatives »

C’est la promesse du psychologue Gasset même après une telle série. En ce moment, c’est son principal travail : lutter contre la sinistrose ambiante pour éviter de voir tout un club terminer sa course en Ligue 2. Pour cela, il rappelle que le pacte passé entre les joueurs la semaine dernière lors d’une « réunion de famille » est valable jusqu’à la fin de la saison. Jean-Louis Gasset, le seul désormais à s’exprimer après les matchs puisque ses joueurs ne sont plus prêts à assumer leurs actes, veut aussi lutter contre « les ondes négatives » pour sortir son équipe du marasme. Lesquelles ? Celles des articles de presse bien sûr, et peut-être aussi celles du conflit entre les supporteurs et la direction du club alors que son propre président, Frédéric Longuépée vient de porter plainte contre X pour « diffamation et incitation à la commission d’une infraction sur sa personne » à la suite d’une campagne d’affichage qui appelait à sa capture. Des supporteurs sont d’ores et déjà convoqués au commissariat.

Le plan de Gasset est donc de partir loin de Bordeaux avant le déplacement à Lorient, dimanche prochain. La règle des dix kilomètres n’a qu’à bien se tenir. « Dans les têtes, on va être dans les mêmes dispositions que lorsqu’on est allé à Dijon, explique-t-il, mais je pense qu’on va partir un peu plus tôt cette fois-ci dans la semaine, partir peut-être faire un mini-stage ». Pourquoi pas, puisqu’il a à peu près tout tenté jusqu’à maintenant, à part peut-être le stage commando. Mais pas sûr que le chef de guerre transforme des joueurs en plein doute et au bord du gouffre en guerriers en l’espace de quelques jours. Le pari est pris.