Girondins de Bordeaux : Gasset « ne veut pas abandonner », Longuépée au soutien

FOOTBALL Malgré la crise sportive, l’entraîneur bordelais reste combatif et l’homme de la situation pour le club

Clément Carpentier

— 

Le nouveau trio à la tête des Girondins : Alain Roche, Frédéric Longuépée et Jean-Louis Gasset.
Le nouveau trio à la tête des Girondins : Alain Roche, Frédéric Longuépée et Jean-Louis Gasset. — Clément Carpentier / 20 Minutes
  • Les Girondins, 15e de Ligue 1, sont plongés dans une grave sportive avec 10 défaites lors des 12 derniers matchs.
  • La direction du club, via Frédéric Longuépée, a renouvelé sa confiance à Jean-Louis Gasset malgré cette série noire.
  • Pas loin d’être démuni face à cette situation, l’entraîneur bordelais ne baisse pas les bras et n’est pas dans l’optique d’abandonner son équipe.

Où s’arrêtera la descente aux enfers des Girondins de Bordeaux ? Peut-être en Ligue 2 dans quelques semaines. L’hypothèse est plus que jamais d’actualité après la nouvelle lourde défaite des Marine et Blanc à Saint-Etienne (4-1). La 9e en 11 matchs de Ligue 1. Les joueurs de Jean-Louis Gasset ne comptent plus que six points d’avance sur la zone rouge à six journées de la fin de la saison. C’est beaucoup et peu en même temps. Mais surtout peu à la lecture de la dynamique depuis deux mois et demi. Seul Dijon fait pire sur cette période.

Le mal est profond, très profond. « Je ne sais plus quoi dire, je n’ai pas les mots, c’est horrible, avouait dépité le défenseur Paul Baysse au coup de sifflet final, on va essayer de garder la tête au travail, mais elle fait mal. » Mal car personne ne voit le moindre rayon de lumière au bout du tunnel. Tout est noir en ce moment aux Girondins. Alain Roche, le directeur du club, a reconnu au micro de Canal+ que « les joueurs étaient abattus » tout en notant « le peu de réactions » de l’équipe et « cette impression d’abandon par moments. » La situation est telle qu’elle a poussé le très silencieux PDG du club, Frédéric Longuépée, à sortir de sa réserve pour la première fois depuis des mois auprès de Sud Ouest : « Nous sommes en danger : si on continue comme ça, notre sort dépendra des autres. Si j’ai un message, c’est l’appel à la responsabilité individuelle et collective et à l’unité ».

A la recherche de l’électrochoc

Un nouvel appel à la mobilisation générale une semaine après celui de Jean-Louis Gasset. Un entraîneur toujours debout malgré dans la tempête. Pas question de lâcher pour lui comme l’explique un proche de l’équipe première à 20 Minutes :

C’est plus difficile que prévu mais à cette heure… Non, il ne veut pas d’abandonner ! Il faut laisser la saison se terminer, avoir enfin une victoire et préparer la suite. »

Si les rumeurs d’un départ en fin de saison se font de plus en plus insistantes, en interne certains affirment que JLG se projette régulièrement sur la saison prochaine. La direction, elle, a renouvelé sa confiance à son entraîneur en ce début de semaine par la voix de Frédéric Longuépée : « Encore une fois, je ne suis pas dans la recherche d’électrochoc de cette nature. » Si l’on peut reprocher à l’ancien adjoint de Laurent Blanc sa gestion du cas Ben Arfa ou quelques choix tactiques hasardeux sur la saison, il est loin d’être la cause principale de cette situation. Pas sûr du tout qu’un autre ferait mieux à sa place. En interne, promouvoir un Yaroslav Plasil ou l’intérimaire de service que peut être Eric Bédouet est peu probable. Les deux hommes ayant bien trop de respect pour le patron pour prendre sa place du jour au lendemain.

Alors que veut dire le PDG des Girondins quand il affirme « réfléchir à tout » et avoir « évoqué des solutions à bâtons rompus » la semaine dernière pour créer cet électrochoc ? Prendre un préparateur mental comme à une certaine époque pour mener une mission commando sur les six dernières journées ? Pas sûr que Jean-Louis Gasset et son vestiaire soient ouverts à une telle solution. Ecarter des joueurs du groupe pro ? « Et l’humain là-dedans et puis à Nantes ils l’ont fait, ça a changé quoi ? », répond du tac au tac un proche du club. Une chose est sûre, les Girondins vont bien devoir trouver quelque chose car sinon…