Deschamps est le premier soutien de Noël Le Graët pour les prochaines élections à la présidence de la Fédé.
Deschamps est le premier soutien de Noël Le Graët pour les prochaines élections à la présidence de la Fédé. — FRANCK FIFE / AFP

ELECTIONS

FFF : Deschamps critique le « discours démago » des adversaires de Noël Le Graët aux prochaines élections

Le sélectionneur français a défendu le bilan de son patron, avec qui il forme un solide duo depuis plus depuis près de dix ans

La guerre de com' entre prétendants à la présidence de la FFF, dont les élections doivent avoir lieu en mars prochain, est bel et bien lancée. Lundi, dans un entretien accordé au Figaro, Didier Deschamps s'est exprimé pour défendre son candidat qui n'est autre que l'actuel boss de l'instance Noël Le Graët. Attaqué par certains candidats à sa succession (Frédéric Thiriez en tête) sur sa gestion du football amateur, le Breton a trouvé dans le sélectionneur une voix qui porte pour répondre à ces accusations. 

« Ce n'est pas vrai. C'est un discours démago. Si on analyse la situation avec l'année qui vient de s'écouler, trouvez-moi une discipline sportive qui n'a pas perdu des licenciés en 2020 ? Que les candidats fassent un bilan aussi avant la pandémie. C'est facile d'avancer ce genre d'arguments… ».

Moulin rhabillé par DD

Et comme il était lancé, nos confrères du Figaro l'ont aussi interrogé sur les propos de Michel Moulin, autre candidat déclaré aux prochaines élections, qui a critiqué la gestion du cas Benzema par les deux hommes forts du football français. « Didier Deschamps est un salarié de la FFF. Si au-dessus de lui, on lui dit de faire jouer Benzema, il doit le faire jouer », avait déclaré Moulin, toujours au Figaro

Réponse de l'ancien de la Juve : « Il y en a qui aiment faire le buzz... J'ai lu ses déclarations dans votre journal et je vais lui répondre, même si je sais qu'en le faisant j'alimente la machine médiatique. Ça lui sert surtout à lui car il sait qu'il sera repris en tenant de tels propos. Ce monsieur aurait dû faire acte de candidature pour le poste de sélectionneur. Comme il a apparemment ses diplômes, il a peut-être une chance de me remplacer. Franchement, ce n'est pas sérieux. »