Girondins de Bordeaux : Le club déclenche un PSE et va licencier une vingtaine de personnes

FOOTBALL Les Marine et Blanc ont annoncé la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi

Clément Carpentier

— 

Frédéric Longuépée, le PDG des Girondins de Bordeaux.
Frédéric Longuépée, le PDG des Girondins de Bordeaux. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Comme tous les clubs, les Girondins de Bordeaux doivent faire avec une situation économique catastrophique avec la crise sanitaire.
  • Les dirigeants ont présenté à la DNCG début décembre un budget prévisionnel avec un déficit minimum de 50 millions d’euros pour cette saison.
  • Un plan social va être mis en place, il prévoit le licenciement de 26 personnes dans les prochaines semaines.

Après Rennes, c’est au tour des  Girondins de Bordeaux de communiquer sur leur situation économique en cette fin de semaine. Une communication interne. Vendredi soir, un mail a été envoyé aux salariés du club pour faire le point alors que le football français s’enfonce un peu plus chaque jour dans la crise. Frédéric Longuépée, le PDG du club, a annoncé une nouvelle étape dans le plan de restructuration mise en place depuis l’été dernier.

Face à un déficit toujours plus important en raison de la gestion du club depuis dix ans, de la crise sanitaire et du conflit des droits TV avec Mediapro, les Girondins vont en effet licencier dans les prochaines semaines une vingtaine de personnes. « Dans un contexte de difficultés économiques d’une ampleur inédite, le club doit, plus que jamais, retrouver un fonctionnement interne efficient tout en recherchant un équilibre financier pour assurer sa survie en Ligue 1 et en poursuivant ses projets stratégies », écrit-il.

Un déficit d’au moins 50 millions d’euros

Selon les informations de 20 Minutes, le club a présenté devant la DNCG (direction nationale du contrôle de gestion) le 3 décembre un budget prévisionnel avec un déficit de 50 millions d’euros, sans prendre en compte à ce moment-là les pertes liées à la rupture du contrat de Mediapro. Ce déficit devrait donc encore augmenter d’ici le 30 juin. Dans ce contexte, King Street, le fonds d’investissement américain propriétaire des Girondins, s’est de nouveau porté garant. Après avoir recapitalisé le club à hauteur de 28 millions d’euros en juillet dernier, il se dit que l’actionnaire aurait encore remis de l’argent au compte courant du club cet hiver.

« Au moins, c’est une forme de soulagement pour nous de voir qu’ils suivent pour le moment, avoue un salarié, car avec tout ce qu’il se passe, beaucoup ont peur qu’ils coupent le robinet du jour au lendemain. » Pour l’instant, King Street a toujours remis au pot.

Le PSE prévoit 26 licenciements

Mais cette situation économique catastrophique ne sera pas sans conséquence. Après la mise en place d’un plan de départs volontaires fin novembre (quatre salariés ont quitté le club dans ce cadre), les Girondins ont décidé d’enclencher un PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) en ce début d’année 2021. Comme évoqué par Girondinfos, ce plan social prévoit le licenciement de 26 salariés.

Le secteur sportif n’échappera pas non plus à ce nouveau tour de vis. Si ce vendredi les Marine et Blanc ont annoncé la prolongation de trois ans de Paul Baysse, le défenseur bordelais a dû drastiquement baisser son salaire. Cela pourrait très rapidement être la même chose pour le reste de ses coéquipiers alors que l’UNFP et les présidents de clubs se sont réunis ce jeudi pour évoquer une baisse générale des salaires des joueurs.