Stade Rennais : Le Covid et la faillite de Mediapro vont coûter 40 millions cette saison

FOOTBALL Les pertes engendrées représentent environ 40% du budget estimé pour le club breton cette saison

J.G. avec AFP

— 

Le président du Stade Rennais Nicolas Holveck.
Le président du Stade Rennais Nicolas Holveck. — C. Allain / 20 Minutes

Avec la crise du coronavirus et le naufrage du diffuseur Mediapro, les clubs français voient leurs finances basculer dangereusement dans le rouge. Au Stade Rennais, la facture s’annonce ainsi très salée. Selon le président Nicolas Holveck, interrogé par France Bleu, elle s’élève à environ 40 millions d’euros. Ces pertes, qui représentent près de 40 % du budget estimé pour le club breton cette saison, s’ajoutent aux près de 20 millions d’euros perdus en billetterie, droits TV et sponsoring avec l’arrêt prématuré de la saison 2019/2020.

Selon Nicolas Holveck, l’absence de public va coûter près de 15 millions d’euros de manque à gagner en billetterie et hospitalité. Parallèlement, le club qui s’attendait à percevoir 50 millions d’euros de droits TV pour la saison de Ligue 1 envisage désormais de n’en toucher que la moitié, soit une perte de 25 millions d’euros.

Les clubs obligés de vendre leurs meilleurs joueurs

Des discussions sont en cours avec la famille Pinault, actionnaire unique du club breton, pour déterminer comment et sur combien de temps combler ces pertes, a précisé Nicolas Holveck, ajoutant que Rennes avait « la chance » de ne pas avoir de dettes avant la crise. « Mais c’est certain que l’ensemble du football français va être impacté de façon incroyable », a-t-il ajouté, estimant qu'« un certain nombre de clubs » allaient être obligés de vendre leurs meilleurs joueurs, « s’ils trouvent acheteurs ».

Juste avant la trêve, Nicolas Holveck avait lancé devant la presse un appel à « révolutionner le football français » pour faire face à la crise des droits TV. « Il faut repenser complètement notre produit puisqu’on voit que sa valeur n’est plus celle qu’on avait imaginée […]. Il va falloir se refonder de fond en comble, tant sur la gouvernance que sur la partie sportive », avait-il déclaré, en évoquant l’idée de « penser à des formats différents, avec des matchs intéressants jusqu’à la fin de saison ».