Coronavirus : « Il faudrait récompenser leur travail médiocre ? »…. Le boss du BVB se fiche pas mal des difficultés des autres

FOOTBALL Ce bon Hans-Joachim Watzke n'a pas fait semblant de se soucier des clubs allemands impactés par la suspension des championnats 

N.C.

— 

Le directeur général du Borussia Dortmund Hans Joachim Watzke lors de l'AG annuelle du club, le 26 novembre 2018.
Le directeur général du Borussia Dortmund Hans Joachim Watzke lors de l'AG annuelle du club, le 26 novembre 2018. — Ralf Rottmann/Funke Foto S/action press/REX/Shutterstock/SIPA

Il y a quelques jours, dans un article qui lui avait été consacré entre les 8e de finale aller et retour de Ligue des champions du PSG contre le Borussia Dortmund, L'Equipe avait dépeint le directeur général du BVB Hans-Joachim Watzke comme le Jean-Michel Aulas allemand, « par son mode de fonctionnement et son amour du club qu’il protège contre vents et marées, quitte à en blesser plus d’un à travers des déclarations fracassantes ». En cette période exceptionnelle liée à l’épidémie de coronavirus, le dirigeant ne faillit pas à sa réputation.

Interrogé par la chaîne allemande ARD, le boss du Borussia a enchaîné les déclarations égoïstes et provocatrices, limitant sa vision de la crise sanitaire à son équipe et repoussant toute idée de solidarité entre les clubs.

« Si nous devions être solidaires les uns des autres, il n’y aurait plus d’esprit de compétition »

« Il ne faut pas exagérer le contexte, a-t-il déclaré, selon des propos traduits par RMC Sport. Le risque de contamination dans une équipe de professionnels dans laquelle il n’y a que des athlètes de haut niveau ne peut pas être gravissime. » Tout va bien alors. Quant aux clubs qui pourraient souffrir de la suspension des championnats, tant pis pour eux.

« Je n’y suis pas vraiment favorable [à l’idée de soutenir les autres clubs], car ce ne serait pas normal que des clubs qui ont bien travaillé aident ceux qui ont mal travaillé ces dernières années, a-t-il assuré. Nous avons une entreprise économique et nous sommes tous en concurrence. Il faut donc se demander ce que signifie le terme “compétition”. Si nous devions être solidaires les uns des autres, il n’y aurait plus d’esprit de compétition. Il faudrait en quelque sorte récompenser les clubs en difficultés et leur travail médiocre ? » Une autre question les pauvres ? Non ça ira, merci.