Coupe de France : « De la maîtrise, de la présence », Nzonzi réussit sa première titularisation avec Rennes

FOOTBALL Le champion du monde n'a pas régalé mais il a été utile. Tout lui, quoi !

Thibaut Gagnepain

— 

Steven Nzonzi, une première titularisation convaincante.
Steven Nzonzi, une première titularisation convaincante. — Damien Meyer / AFP
  • Les Rennais se sont qualifiés pour les demi-finales de la Coupe de France en l’emportant mardi au stade Bonal face à Belfort (3-0). Arrivé au mercato d’hiver, Steven Nzonzi était pour la première fois titulaire avec les Bretons.
  • Comment a été le champion du monde ? Pas mal du tout !
  • « Steven a apporté ce qu’on pouvait attendre de lui. De la maîtrise, de la présence, il a stabilisé notre milieu de terrain », explique l’entraîneur rennais Julien Stéphan. « Quand il faut jouer simple, il le fait. »

De notre envoyé spécial au stade Bonal,

Il y avait deux champions du monde à Montbéliard ce mardi soir. L’un en tribune de presse, à commenter pour Eurosport le quart de finale de Coupe de France Belfort- Rennes, et l’autre sur la pelouse. Mais on n’est pas là pour parler d’Alain Boghossian, qui occupe comme il veut sa retraite. Plutôt de Steven Nzonzi.

A Bonal, le longiligne milieu de terrain avait droit à sa première titularisation sous le maillot breton, trois jours après son entrée en jeu contre Brest. Alors, alors ? Vu le profil du gaillard, il ne fallait pas s’attendre à le voir traverser le terrain avec trois roulettes, six passements de jambe et quatre sombreros. On n’a donc pas été déçu. L’ancien Sévillan, en échec à Galatasaray qu’il a quitté au mercato d’hiver, a étalé toute sa palette.

Pas de quoi faire grimper aux rideaux, hein, mais largement de quoi rendre service à son équipe. Soit un placement sûr, des orientations dans le bon tempo et, globalement, pas de grands risques balle au pied. Pour, à l’arrivée, une prestation solide… à faire pâlir ses adversaires.

« Quand il faut jouer simple, il le fait »

« Moi, je me donnais à fond et lui, il paraissait tranquille », rigole le très actif milieu belfortain Mamadou Magassouba, admiratif. « Steven a apporté ce qu’on pouvait attendre de lui. De la maîtrise, de la présence, il a stabilisé notre milieu de terrain », prolonge l’entraîneur rennais Julien Stéphan. « Quand il faut jouer simple, il le fait. » Et ce sont ses partenaires qui en profitent.

L’avant-centre Mbaye Niang confirme. « On l’a vu, il a de l’expérience et a été calme à certains moments un peu chauds. A nous d’être braves pour bien "l’adapter" et il nous apportera beaucoup. De ce que j’ai vu, c’est déjà plutôt pas mal. »

Il faudra aussi juger l’international français face à une adversité plus relevée. Comme à Reims dimanche.