PSG-Monaco : « Il y a un vrai plan de jeu »... Les Monégasques prêts à tout casser après le départ de Jardim ?

FOOTBALL Monaco a réalisé le meilleur match de sa saison face au PSG dimanche soir

Aymeric Le Gall

— 

Les Monégasques ont réalisé leur meilleur match de la saison face au PSG dimanche soir.
Les Monégasques ont réalisé leur meilleur match de la saison face au PSG dimanche soir. — Bertrand GUAY / AFP
  • L'AS Monaco a décroché un match nul mérité face au PSG, dimanche soir au Parc des Princes. 
  • Reboosté par le départ de Jardim et l'arrivée sur le banc de Moreno, les Monégasques pourraient bien faire souffrir nombre d'équipes dans cette deuxième partie de saison. 

Au Parc des Princes,

Drôle de sensation dimanche soir au Parc. En regardant l’équipe de Monaco faire danser par séquences ce PSG-là, on se serait cru happé dans une faille spatio-temporelle qui nous aurait ramenés en 2017. Oui, l’année du titre monégasque quand l’armada de Leonardo Jardim roulait sur à peu près tout ce qui se présentait sur son chemin. En zone mixte pourtant, aucune trace de Bernardo Silva, Benjamin Mendy ou Kylian Mbappé (enfin si, mais pas du bon côté).

Pour sa première en Ligue 1 avec l’ASM, Robert Moreno a donné un petit aperçu de ce que pourrait donner son équipe lors de la deuxième partie de saison. Et ça fait des guilis partout pour peu qu’on soit supporter de cette équipe ou simple nostalgique de 2017. Monaco a montré plus de qualités en un match que sur toute la première partie de saison. L’ouverture du score de Neymar aurait pu anéantir un groupe moins en confiance qu’Emmanuel Macron à l’évocation des mots « gilets jaunes », mais il n’en fut rien. Au contraire, le but parisien leur a donné des ailes. En cinq minutes, les Monégasques ont renversé le match avec Gelson Martins et Ben Yedder à la conclusion de mouvements collectifs intéressants.

La confiance retrouvée

Sans un Keylor Navas monstrueux (comme toujours), les Asémistes auraient pu réaliser un plus gros coup encore. « On a les occasions en première mi-temps pour creuser l’écart, expliquait Benjamin Lecomte en zone mixte. Mais pour gagner contre Paris, ce sont ces petits détails qui font la différence. On a joué avec nos qualités et je crois que ce groupe en a beaucoup. Maintenant, à nous de mieux les utiliser encore. Si on l’avait fait ce soir, on aurait pu se rendre ce match un peu plus facile. » Difficile d’imaginer que ces mots émanent de la bouche du gardien d’une équipe aussi paumée que ne l’est Monaco cette saison.

A croire que le second catapultage de Jardim hors du Rocher est le bon. Si les joueurs n’ont jamais cité son nom après la rencontre, il n’est pas difficile de lire entre les lignes. Lecomte, toujours : « Offensivement, on le voit depuis le début de la saison, on est très bons [l’ASM est la deuxième meilleure attaque de L1 derrière le PSG]. Ce qui nous manquait, c’était de répondre en équipe et je crois que c’est une des premières fois de la saison où il s’est passé quelque chose collectivement. Aujourd’hui, il y a un vrai plan de jeu et on a montré qu’on savait aussi ne pas baisser les bras. »

L’arrivée qui peut tout changer ?

La patte Moreno ? « Du jeu et de la discipline, conclut l’ancien Montpelliérain. On a laissé beaucoup de points filer durant la première partie de saison car on manquait d’équilibre. Il y a aussi beaucoup plus de caractère et de sérénité dans ce groupe. Ce soir on a montré de quoi on était capable. » Interrogé au micro de Canal +, l’entraîneur espagnol a livré une partie de sa philosophie : « Il n’y a pas de problème à le faire [jouer de manière ambitieuse] au Parc des Princes ou à Monaco. On doit toujours jouer de la même façon. »

L’arrivée de l’ancien sélectionneur espagnol semble avoir réveillé le groupe. Même Glik, à la ramasse jusqu’ici cette saison, est transformé. Le Polonais a remisé son déambulateur au placard pour sortir un très grand match face au PSG. Et que dire de Ben Yedder… L’ancien Toulousain va finir par coller la migraine à Deschamps et postuler à une place de titulaire en Bleu en vu de l’Euro qui arrive. On en oublie surement d’autres d’ailleurs (Golovine, Fabregas, Baldé, Bakayoko). Bref, avec un effectif aussi quali', un jeu ambitieux et une confiance retrouvée, Monaco est peut-être l’équipe frisson de la deuxième partie de saison, même si tout cela demande confirmation. Le prochain match : Paris à Louis-II mercredi. On remet ça ?